Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Examens : tout travail mérite salaire

© iStock_FG-Trade

Le ministre, dans la droite ligne du président de la République, a confirmé devant le Conseil Supérieur de l’Éducation, que la revalorisation des professeurs serait en deux volets : l’un sera inconditionnel, l’autre sera conditionné… Il n’a pas précisé à quoi. Pour le SNALC, plutôt que de chercher à faire travailler plus pour gagner plus, l’institution devrait déjà rémunérer le travail déjà effectué. 

Au chapitre des missions qui, de manière incompréhensible, ne donnent pas lieu à une rémunération, il serait possible de donner moult exemples. Mais le premier qui vient à l’esprit, surtout au mois de juin, est celui des examens. 

Ainsi, au collège, comment expliquer que l’oral du Diplôme National du Brevet – le nom est tout de même éloquent – ne fasse pas l’objet d’une convocation par la Division des Examens et Concours (DEC) ? C’est cette convocation qui ouvre droit à rémunération. Alors, les chefs d’établissement bricolent. Beaucoup d’examinateurs perçoivent des HSE. Quand il y en a. Sans aller jusqu’à comparer cela aux restes du banquet que l’on jetait jadis aux serviteurs, l’image est intéressante. 

Et le baccalauréat n’est pas en reste. Ainsi, ni les professeurs qui préparent et font passer les épreuves expérimentales, ni ceux qui interrogent les élèves à l’oral pour la spécialité comme pour la section européenne ne touchent quoi que ce soit. Eux n’ont même pas – ou exceptionnellement – la chance qu’on leur octroie une obole. 

Pour le SNALC, il y a là une incongruité – ah, euphémisme quand tu nous tiens – car les textes permettant une rémunération de ces épreuves existent. La seule chose qui manque, encore une fois, est la reconnaissance de ces épreuves comme des missions assurées en dehors du service. Et pour cela, il faut que les DEC convoquent. 

Le SNALC a porté, devant la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire, la demande que ces épreuves de diplômes nationaux soient rémunérées comme elles doivent l’être. Les arguments de votre syndicat ont été entendus et ont porté. Nous attendons désormais que l’institution réagisse. Mais l’espoir est permis car d’autres organisations reprennent désormais notre demande à leur compte. 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1467 de juillet 2022