Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Avantages-SNALC : les offres V1
Carrière des PE
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Formations, concours, stagiaires
L'enseignement privé
L’édito du président
Le premier degré
Brèves
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Mobilité
Pédagogie
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Elections professionnelles
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants du supérieur
Personnels BIATSS
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques
Mutations, détachement
Personnels administratifs
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Positions et revendications
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Programmes & disciplines
Santé et risques psycho-sociaux

40 ans d’EPS à l’en : un bilan très mitigé

© iStock_brizmaker

Le 40ème anniversaire de l’intégration de l’EPS au MENJS est l’occasion de faire un bilan sur l’évolution de la discipline. 

L’ÉVOLUTION STATUTAIRE

Détachée du ministère des sports depuis 1981, l’EPS a acquis une reconnaissance universitaire, statutaire, disciplinaire et scolaire. La formation sportive en 3 ans des professeurs adjoints dans les CREPS a été stoppée (1984). La formation universitaire dans les UFRSTAPS (1984) et le CAPEPS sont devenus la voie principale à l’enseignement. La création des maîtrise, doctorat STAPS, agrégation d’EPS et l’extinction progressive des corps des maîtres, des professeurs adjoints et des chargés d’enseignement ont contribué à homogénéiser la profession et à lui conférer un statut et un prestige quasi équivalents aux autres disciplines. Les enseignants d’EPS ont ainsi vu leur accès et leur contribution à toutes les missions scolaires se généraliser et s’amplifier depuis 40 ans. 

En revanche, la masterisation de la formation (2011), l’augmentation des durées de cotisations (1993, 2003, 2014) et de l’âge légal de départ à la retraite (2010) ont allongé les carrières et une pénibilité physique propre à notre discipline. Les charges de travail, avec la démultiplication des missions disciplinaires et d’établissement (1997, 2010, 2013) se sont considérablement accrues. Les conditions d’enseignement se sont complexifiées et dégradées (effectifs, typologie des élèves, incivilités…). Le gel du point d’indice depuis 2010 et le PPCR (2017) ont nivelé à la baisse les salaires des enseignants d’EPS, déjà moins bien rémunérés (salaires, HSE) que leurs homologues certifiés ou agrégés. A indice égal, ils sont toujours astreints à plus d’heures de service alors que plus rien ne justifie de tels écarts. Enfin la contractualisation en cours de l’enseignement entraîne une précarisation et un appauvrissement de la profession. 

Si l’intégration au MEN a favorisé une élévation statutaire qui reste à parfaire, elle a entraîné les enseignants d’EPS vers une dépendance, une paupérisation et une corvéabilité croissantes, objets de lutte pour le SNALC. 

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1458 du 15 novembre 2021

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email