Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Avantages-SNALC : les offres V1
Carrière des PE
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Formations, concours, stagiaires
L'enseignement privé
L’édito du président
Le premier degré
Brèves
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Mobilité
Pédagogie
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Elections professionnelles
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants du supérieur
Personnels BIATSS
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques
Mutations, détachement
Personnels administratifs
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Positions et revendications
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Programmes & disciplines
Santé et risques psycho-sociaux

L’enfumage du PPCR ou l’art de niveler par le bas !

Les premiers avancements de carrière via le PPCR sont en cours. Vous trouverez ici pour rappel le protocole détaillé concernant les P. EPS et là celui des Agrégés.
Ce qui a été vendu aux professeurs comme une belle revalorisation de leur carrière s’apparente beaucoup plus à un nivellement par le bas.

Nous le concevons, le PPCR est sans doute un peu moins stressant que le protocole d’avancement précédent, mais à quel prix ?

Les rendez-vous de carrière sont fixés et connus d’avance (6e et 8e échelon) et les enjeux de l’inspection sont minorés. Rappelons que seuls 30% des promouvables, et donc du corps, bénéficieront d’un avancement accéléré pour accéder aux 7e et 9e échelons avec une année d’avance. Mais attention cependant aux effets secondaires possibles à plus long terme. Ces mini-avancements seront malgré tout des éléments discriminants, car dans un rythme uniforme et identique pour 70 % des professeurs d’EPS, ils seront susceptibles d’impacter le cours des carrières et notamment le passage à la hors classe. La progression est automatique pour les autres échelons.

La comparaison entre les anciennes et les nouvelles grilles d’avancement n’est pas aisée. Les différences entre les protocoles sont complexes, à l’instar du transfert, progressif jusqu’en 2020, de prime (comme l’ISOE, qui va diminuer) en points d’indice. Cela ne facilite pas la compréhension PPCR. De même, il ressort que les gains obtenus en terme de progression d’indice à l’arrivée dans un nouvel échelon du PPCR seront minorés par la perte en moyenne de 20 points d’indice pour les P. EPS (et de 30 points pour les Agrégés) en fin de durée dans ce même échelon, car le passage à l’échelon supérieur s’opérait plus rapidement dans l’ancien déroulement de carrière. Vous suivez ? Non ? C’est pourquoi le SNALC a produit d’excellents documents explicatifs à ce sujet, qu’il met à la disposition de tous. Chacun pourra s’y référer pour réaliser ses propres analyses.
En somme, alors qu’il pouvait y avoir un écart de 10 années dans la progression de la classe normale des P.EPS, entre un avancement au grand choix et un avancement à l’ancienneté, aujourd’hui cet écart se réduit à 2 années.

Les grands perdants sont les 30 % du corps des P. EPS qui avançaient au grand choix. Les gagnants sont les 20 % qui avançaient à l’ancienneté. La revalorisation n’aura que peu d’impact sur la majorité, les 50 % restants, antérieurement promus au choix, puisque le PPCR adopte globalement ce rythme. Établissez les conclusions qui s’imposent. Mais il est clair que le PPCR déshabille Jacques pour habiller Pierre. Est-ce juste et légitime ?
Voilà donc le bel aboutissement d’une revendication, soutenue de longue date par des organisations syndicales bien identifiables, tant elles s’en attribuent le mérite, mais qui a largement échoué pour les raisons suivantes :
Premièrement, parce que cet avancement uniforme pour tous aurait dû s’opérer sur le rythme du grand choix, et non sur celui du choix, ce que ses partisans ont pourtant concédé, afin personne que n’y perde et que la majorité y gagne. Or le résultat est bien l’inverse. Cherchez l’erreur !
Deuxièmement parce que les fondements idéologiques de cette réforme laissent croire qu’elle repose sur une valeur saine, l’égalité, alors qu’elle promeut un principe contraire et fortement inégalitaire, l’égalitarisme, qui nie toute forme de reconnaissance du mérite personnel.

Voilà en partie pourquoi le SNALC a voté contre ce protocole.
Pour être complet nous devrions aussi évoquer la quasi inaccessibilité de la classe exceptionnelle, réservée à des « viviers » restreints d’une nouvelle élite, la disparition de la bi-admissibilité ou l’injustifiable dévalorisation de la carrière des agrégés.
Voilà pourquoi le SNALC combattra toujours les idées reçues et ne cessera de revendiquer une vraie revalorisation, luttant contre la paupérisation sans cesse croissante de notre profession.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email