Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

UNSS: cessez la traite des «vaches à lait» !

Les limitations sanitaires et sportives imposées par la pandémie ont considérablement impacté le fonctionnement et les effectifs des associations sportives scolaires (ASS). Certaines enregistrent jusqu’à 50 % de perte d’adhésions.

Cette crise vient cruellement se rajouter à la récente impossibilité de licencier individuellement les élèves et à l’imposition par l’UNSS du contrat d’établissement, bien plus coûteux, devenu seul moyen d’adhésion. Tous ces éléments décuplent les difficultés financières des AS. Certaines enregistrent des déficits de 2000€ à 3000€, particulièrement en lycée. Une telle situation n’est plus tenable.

Certains collègues considèrent qu’il est normal de contribuer à l’alimentation des caisses des associations, par des actions de vente en tout genre, en raison du caractère associatif du sport scolaire. D’autres au contraire refusent cette imposture financière, d’être des «vaches à lait» traitées pour financer des championnats élitistes, très éloignés de la réalité et des finalités du sport scolaire. D’autres ne supportent plus d’effectuer des demandes constantes de soutien et de subventions à des fonds de solidarité. D’autres encore épuisés, écœurés, démissionnent de leur fonction de trésorier. D’autres enfin font le choix de ne plus s’affilier à l’UNSS. Dérogeant à l’article R552-2 du code de l’éducation, ils se placent manifestement hors la loi.

Face à cette crise des AS, suite à l’arrêt des championnats, en raison des économies évidentes réalisées par l’UNSS, des demandes de ristourne ont été formulées lors de l’Assemblée générale extraordinaire du 5 novembre dernier. La Direction nationale a consenti à accorder une simple remise de 8% sur le prélèvement des contrats au mois de décembre 2020 qui sera complétée en 2021 «sous réserve de soutenabilité du budget». Mais les élus des AS indiquent à l’AG du 5 février une gestion comptable opaque et un «budget incompréhensible».
Le SNALC alerte sur cette exploitation des ASS en pleine détresse et sur la fracture qui se creuse avec la Direction nationale de plus en plus sourde et déconnectée.

 

Publié dans la LE EPS 32 – mars 2021

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email