Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

MENJS : un loup dans la bergerie ?

© iStock Penyushkin
 

En 1981, l’EPS s’est vue détachée du Ministère de la Jeunesse et Sports pour intégrer celui de l’Education nationale. Certains y ont vu une consécration. Cette discipline acquérait ainsi un véritable statut de matière scolaire.
Ses programmes et sa forte contribution aux politiques éducatives lui conféraient ses lettres de noblesse et la garantie d’une pérennité. Mais le bilan est mitigé. L’EPS a été si bien intégrée que ses apports hautement spécifiques se sont dilués au profit d’acquisitions méthodologiques transversales et de compétences socio-comportementales maintenant imposées.

Quarante années plus tard c’est le sport tout entier qui est phagocyté par ce super ministère. Par un double jeu de déconcentration-décentralisation, les anciens directeurs régionaux perdent leurs statuts pour devenir des délégués soumis à l’autorité des préfets et des recteurs chargés de contrôler budgets, actions et résultats.
Mais au-delà, ce rapprochement, qui réduit à nouveau la frontière entre EPS et Sport, questionne.
Les éducateurs sportifs, les professeurs de sports intègrent le même ministère que les enseignants d’EPS; les Inspecteurs Jeunesse et Sport fusionnent avec les IEN et les IA-IPR en un corps unique. Des passerelles permettront elles l’accès à ces nouveaux personnels aux secteurs de l\’enseignement (1er, 2nd degré) ou de l\’encadrement? Resteront-ils cantonnés dans leurs prérogatives fédérales, techniques et sportives ? L’EPS pourrait-elle se voir concernée ?

Le doute est permis tant l’EPS est toujours confondue avec le sport, tant sa définition est floue, tant elle poursuit pléthore d’objectifs transdisciplinaires, tant son efficacité est régulièrement remise en cause par la Cour des comptes.
Elle devrait bien y prendre garde. Il est urgent qu’elle refasse la preuve de sa spécificité et de son action corporelle, physique et motrice constante. À défaut des formateurs sportifs pourraient très facilement venir combler ce déficit. Le loup serait alors bien entré dans la bergerie.

Publié dans la LE EPS 32 – mars 2021

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email