Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

SITUATION SANITAIRE: IL FAUT ANTICIPER !

Communiqué de presse du SNALC


SITUATION SANITAIRE :

IL FAUT ANTICIPER !


© iStock – summerphotos

Communiqué de presse publié le 14 janvier 2021
Par Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC

Le SNALC a pris connaissance des annonces faites ce jeudi quant au « renforcement » du protocole sanitaire dans les écoles, collèges et lycées.

Pour le SNALC, la mesure annoncée la plus importante est d’avoir des campagnes de tests massives, notamment quand plusieurs cas sont avérés dans un établissement. Le SNALC y a toujours été favorable, et tient à rappeler que l’on a pris un retard certain en la matière. Il demande que l’on établisse un suivi quantitatif du nombre de tests réalisé dans l’Éducation nationale, et du nombre d’établissements bénéficiaires de telles campagnes dans chaque académie.

Pour le reste, le SNALC prend acte que le renforcement du protocole se résume globalement à faire pratiquer l’EPS en extérieur en pleine période hivernale… les mesures concernant les cantines étant quasi identiques à ce qui existe déjà dans le protocole actuel. S’il comprend les raisons poussant à une telle mesure, le SNALC rappelle qu’on ne peut pas modifier d’un claquement de doigt l’organisation annuelle des cours d’EPS, ni trouver d’installations sportives en extérieur par magie.

Le SNALC continue de dénoncer la politique sanitaire « à la carte », où chaque lycée adapte ou n’adapte pas ses effectifs sur des critères qui sont loin d’être toujours des critères sanitaires. Les collèges et les écoles primaires, quant à eux, demeurent dans le « débrouillez-vous ». Il n’est enfin plus tenable d’entendre le double discours du ministre, qui demande en même temps un renforcement des règles sanitaires et le maintien du maximum de cours pour les élèves de terminale, car il n’a toujours pas annoncé la non-tenue des épreuves de spécialité du baccalauréat général et technologique à la mi-mars. Par cette position acrobatique, il met personnels, élèves et parents dans des états de tension et de conflits qui pourraient être évités.

Le SNALC portera tous ces éléments, et de nombreux autres, lors du point sur la situation sanitaire qui aura lieu lundi prochain entre le ministère et les organisations syndicales représentatives. Il continuera de signaler que nous ne serions aujourd’hui pas en mesure d’anticiper correctement dans nos écoles, collèges et lycées, une importante dégradation de la situation sanitaire.