Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Situation sanitaire
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Examens, évaluation
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - quotidien
Avantages - sorties
Avantages - vacances
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Grenelle et agenda social
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

“Effort massif de purification de l’air dans nos écoles” : du vent !

© istock_brizmaker-1345697604

16 avril 2022, déclaration du candidat Emmanuel Macron : «J’annonce que si les français me font confiance à nouveau, nous lancerons immédiatement un effort massif de purification de l’air dans nos écoles, nos hôpitaux, nos maisons de retraite, et dans tous les bâtiments publics ! » 

Près de huit mois après la déclaration du président, « l’effort massif » semble bien maigre : en France, depuis le début de la pandémie de Covid-19, le montant de l’investissement pour la qualité de l’air intérieur dans les écoles s’élève à 1,5 euros (1) par habitant ; au Pays-Bas, il s’élève à … 21 euros ! 

Une exception en Europe ? Regardons outre- Rhin : le gouvernement fédéral allemand prévoit 632 millions d’euros – et uniquement pour des purificateurs d’air – soit 8 euros par habitant. 

Et, comme le notait le SNALC l’année dernière (2), c’est dès 2020 que les Länder (états régionaux) ont investi pour améliorer l’air dans les écoles. Ainsi, le Bade-Wurtemberg a alloué 70 millions d’euros pour les purificateurs d’air et les détecteurs de CO2. Comparons avec « l’effort massif » fourni par la France : en mai 2022, le budget dédié aux détecteurs de CO2 est évalué entre 20 et 80 millions d’euros (3) ; proportionnellement au nombre d’élèves, ce budget est entre 40 et 10 fois inférieur à ce qu’a investi l’Irlande. De plus, aucune aide n’est disponible pour les purificateurs d’air, alors que dans plus de 90 % d’entre elles (4) les seuils fixés par l’OMS pour la concentration en particules fines sont dépassés. 

Pourquoi ce retard ? Souvenons-nous du déni qui a régné pendant des mois rue de Grenelle et à Ibiza : « Les enseignants font partie des catégories professionnelles les moins contaminées », affirmait encore J.-M. Blanquer en janvier de cette année. 

Or, on savait déjà, au moins depuis février 2021, que les enseignants, au contraire, figurent parmi les professions les plus à risques de contracter le coronavirus (5) ; on constate aujourd’hui qu’en dehors du cas des soignants, c’est parmi les enseignants que la prévalence de Covid long est la plus importante -6). 

On épargnera au lecteur un jeu de mots sur les responsables politiques qui brassent de l’air mais, pour le SNALC, le problème de l’insuffisance de l’aération dans nos établissements, constat établi de longue date (7), exige enfin des mesures concrètes, pas de simples formules politiciennes. Même si certaines emportent l’adhésion : « Ce qu’il faut, c’est un souffle nouveau ! », déclarait le candidat Emmanuel Macron, le 12 juillet 2016. On ne le lui fait pas dire. 

 


(1). https://nousaerons.fr/documents/nousaerons_politiques_publiques_investissement.pdf

(2). https://snalc-strasbourg.fr/ppm/

(3). https://www.lejdd.fr/Societe/covid-scientifiques-et-parents-deleves- demandent-un-effort-sur-la-purification-de-lair-dans-les-ecoles-4112785

(4). https://www.oqai.fr/fr/campagnes/campagne-nationale-ecoles-n01

(5). https://www.ndm.ox.ac.uk/covid-19/ covid-19-infection-survey/results/results-longer-articles-and-adhoc-publications-from-ons

(6). https://www.tes.com/magazine/news/general/long-covid-rising-fastest-teaching-and-education-staff

(7). https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/pollution-et-sante/air/documents/article/renouvellement-de-l-air-insuffisant-dans-les-ecoles-un-constat-etabli-de-longue-date

 


Article paru dans la revue Quinzaine universitaire n°1471 du 13 décembre 2022