Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Modalités d’organisation du CCF bac 2021

© iStock_Fstop123

 

La note de service du 11 mars 2021 est en ligne sur le site du ministère. Elle précise différentes modalités de notation des élèves selon les circonstances rencontrées en cours d’année. Quatre cas de figure sont présentés :

    • Très utopiquement «les trois évaluations prévues dans le cadre du CCF en EPS sont maintenues, dès lors que les conditions sanitaires le permettent…Elles doivent permettre d’évaluer les compétences du candidat dans au moins deux champs d’apprentissage».

 

    • Encore très improbablement il est stipulé que «dans le cas où, pour des raisons liées au contexte sanitaire, l’une des trois évaluations ne peut avoir lieu, la note finale d’EPS … correspond à la moyenne des deux notes de CCF».

 

    • Plus raisonnablement il est envisagé que «si le candidat n’a pu obtenir qu’une seule et unique note dans le cadre du CCF, alors cette unique note de CCF est prise en compte pour le baccalauréat, complétée par la note de moyenne annuelle d’EPS … Dans ce cas de figure, la note finale est la moyenne entre la note du CCF et la note de moyenne annuelle. »

 

  • Plus certainement «si le candidat n’a pu obtenir aucune note dans le cadre du CCF, une note résultant des acquisitions du candidat tout au long de la formation pourra être proposée si le professeur dispose de suffisamment d’éléments pour attester de la compétence de l’élève en EPS. Cette note correspond à la moyenne annuelle d’EPS de la classe de terminale».

Enfin très concrètement cette note ne précise pas ce qu’il y aura à faire si les enseignants ne disposent pas de suffisamment d’éléments pour évaluer objectivement leurs élèves…
Mais pas de panique comme l’institution l’affiche «les professeurs d’EPS sont compétents pour adapter leur organisation leur enseignement et leur projet pédagogique à ces conditions sanitaires». Aucun doute qu’ils sauront tout aussi bien le faire en matière de notation et de certification.