Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Le SNALC vous recommande le livre remarquable de David Di Nota

J’AI EXÉCUTÉ UN CHIEN DE L’ENFER.
RAPPORT SUR L’ASSASSINAT DE SAMUEL PATY
Paris, le Cherche midi, 2021

 

************

 

D’emblée, la citation du terroriste contenue dans le titre nous plonge dans l’abjection de l’assassinat de Samuel Paty. C’était le 16 octobre 2020. Conçu comme un récit chronologique, basé sur des sources avérées, le livre délie avec subtilité les méandres de ce drame. Le lecteur y explore une réalité aux accents kafkaïens, dans laquelle on entre comme dans un mauvais rêve où le détail grossit jusqu’à déterminer l’enchaînement des événements qui ont conduit à la mort du professeur. Avec une efficacité démonstrative remarquable, l’auteur fait la genèse de cette « histoire de la violence » et nous permet d’en appréhender le processus : il est à l’oeuvre de longue date. 

Comment une cabale montée de toutes pièces par un parent d’élève et un activiste islamiste et dont la diffusion sur les réseaux sociaux a rendu possible le crime, a-t-elle pu un seul instant trouver un quelconque crédit auprès de l’institution ? 

Les rouages de l’Ecole de la confiance, avorton des décennies d’un pédagogisme aussi erratique que délétère ayant entériné la « destitution de l’enseignant », révèlent de quelle manière la « sacralisation de l’élève » renforcée par le rôle devenu prépondérant du parent d’élève, font du professeur, au moindre conflit, « le fautif idéal ». Pour preuve, la façon implacable dont, dans le triptyque égalitariste professeur-élève-parent, le premier est systématiquement mis en cause puisque, contraint au respect face aux « usagers » de l’école, il « n’a qu’à bien se tenir ». 

Derrière les discours prônant les valeurs de la République perce le réel des mécanismes institutionnels, poreux à un antiracisme dévoyé – nourri lui-même du victimisme prompt à exercer le chantage pour mieux bafouer la laïcité – à tel point qu’ils finissent par « trahir avec bienveillance » le professeur qui, seul, « les incarne ». On sera frappé par la force de l’analyse, doublée d’une qualité littéraire qui mérite d’être soulignée et qui rappelle que la laïcité, par sa dimension universaliste, va à rebours du communautarisme et du différentialisme qui mettent en péril notre société et notre École. Tout professeur se doit de lire ce livre, mais aussi tout citoyen épris de justice et de liberté.

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1469 du 7 octobre 2022