Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

« L’aisance aquatique » tombera à l’eau !

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1429, mai 2019

Entre les mois de juin et d’août 2018, 500 noyades ont été enregistrées doublant le triste bilan de 2015.

Plus dramatique encore, 332 décès par noyade chez des enfants de moins de 6 ans ont été recensés cette même année, concrétisant une augmentation de 85 % depuis 2015.

Face à de tels constats, le « savoir nager » s’est imposé à l’école primaire et secondaire. Il se voit renforcé par un plan « d’aisance aquatique », annoncé par la dernière ministre des sports. De quoi s’agit-il ?

Ce plan s’adresse aux classes de maternelle. La bonne idée consiste à proposer aux enfants de 3 à 6 ans une familiarisation au milieu aquatique visant d’une part à lutter contre les phénomènes d’aquaphobie et d’autre part à permettre une adaptation précoce à cet environnement, préalablement à l’apprentissage de la nage.

Dans l’esprit, cette initiative est donc intéressante. Qu’en est-il dans les faits ?

Pour l’heure, ce plan à l’état expérimental ne concerne que deux écoles maternelles parisiennes. Il s’effectue sous forme de stage massé où, durant deux semaines, les enfants vivent deux séquences de familiarisation par jour. Selon les effets obtenus, cette expérimentation se verrait étendue à toutes les écoles de France. Quelle analyse en faire ? Il n’y a aucun doute quant aux résultats bénéfiques qui en résulteront. Par contre, nous sommes beaucoup plus circonspects quant à la généralisation du plan.

On imagine aisément que les moyens matériels, pédagogiques et d’encadrement dans le contexte parisien de l’expérimentation sont très largement favorables. La question de l’extension de cette mesure pose cruellement la question de sa simple faisabilité dans des milieux beaucoup plus modestes en équipements et en ressources, notamment financières. Lorsque l’on mesure les difficultés actuelles de la mise en oeuvre de la natation scolaire de plus en plus limitée en raison d’absence de possibilités d’accès aux installations ou de coûts d’encadrement et de transport limitant, on ne peut que lire cette proposition du gouvernement comme une nouvelle mesure hors-sol qui soigne toujours une stratégie de communication et d’occupation du champ politique, mais qui assurément ne manquera pas de tomber à l’eau.