Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

30 minutes d’activité physique quotidienne : encore une charge pour les PE !

© iStock_vgajic

La circulaire « Une école-un club » est à l’étude. Elle vise à imposer 30 minutes d’activité physique quotidienne (APQ) aux élèves du primaire et à leurs professeurs. 

 

L’APQ s’inscrit en complément de l’EPS, dans la perspective des JO 2024 et en réaction aux effets délétères de la sédentarité qui affectent de plus en plus la jeunesse. Elle s’appuie sur le réseau sportif associatif, considérable en France, pour mettre en lien, par le biais de conventions, les écoles élémentaires et les clubs d’une même commune. 

Si le «soutien à l’emploi sportif» et la «création de passerelles entre le monde scolaire et le monde sportif » laissent perplexes, contrairement à ce que l’on aurait pu penser, il ne ménage en rien les professeurs des écoles. 

Pour l’instant sur la base du volontariat, le dispositif sera généralisé à toutes les écoles en 2024. Bien qu’il soit envisagé « d’accompagner les équipes pédagogiques dans la mise en place de contenus pédagogiques avec du matériel et une offre de formation dans ou hors temps scolaire», il est prévu que les contenus des séquences d’APQ seront co-construits et co-animés par les enseignants qui «demeureront les seuls responsables». 

En d’autres termes, les professeurs des écoles, sans forcément avoir le choix de l’activité, devront, tout en assurant leurs enseignements habituels, élaborer et animer avec des éducateurs sportifs imposés, ces séquences quotidiennes d’activité, dans des registres qu’ils pourront totalement méconnaître, tout en en assumant la pleine responsabilité en cas de problème ou d’accident. 

Une circulaire n’est pas une baguette magique. Il ne suffit pas de décréter pour obtenir. Aux limites de compétences, de formation, d’entente, d’espace, de temps s’ajoutera la forte résistance du SNALC à ce projet. S’il peut sembler bénéfique pour les élèves, il impose aux enseignants de nouvelles charges inacceptables, à programmes et traitements constants 

Article paru dans la revue du SNALC, la Quinzaine universitaire n°1460 du 6 janvier 2022