Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Avantages-SNALC : les offres V1
Carrière des PE
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Formations, concours, stagiaires
L'enseignement privé
L’édito du président
Le premier degré
Brèves
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Mobilité
Pédagogie
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Elections professionnelles
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants du supérieur
Personnels BIATSS
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques
Mutations, détachement
Personnels administratifs
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Positions et revendications
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Programmes & disciplines
Santé et risques psycho-sociaux

40 ans d’EPS à l’en : les transformations disciplinaires, un bilan inquiétant !

© iStock – wildpixel

40 ANS D’EPS À L’EN : les transformations disciplinaires, un bilan inquiétant !

Détachée du Ministère des sports en 1981, l’EPS s’est éloignée d’une logique sportive. La révolution de l’évaluation au bac en 1983 est à l’origine des profondes transformations de la discipline depuis 40 ans.

 

En intégrant les conduites motrices, les connaissances, la participation et le progrès, l’EPS a rompu avec la performance exclusive, les activités barèmées (athlétisme, natation, gymnastique) et les tables Letessier. La discipline a pu s’intéresser à d’autres objets d’enseignement, à tous les élèves par des approches différenciées, et à d’autres activités, nouveaux moyens de formation. Moins performative, moins élitiste, la discipline est devenue moins discriminante. La mixité s’est généralisée. Plus ouverte culturellement, notamment aux pratiques artistiques, et intégrative scolairement elle s’est vue dotée d’une 4ème heure d’enseignement en 6è. Elle devient aujourd’hui inclusive.

 

Mais l’introduction des connaissances en EPS a ouvert une boite de pandore. Il ne s’agissait plus simplement de s’intéresser au corps, à l’éducation du physique, mais aussi au cortex et à son éducation par le physique. Tout en EPS est devenu savoir, savoir-faire, savoir être. La théorie de l’information et le cognitivisme ont centré la didactique et la pédagogie sur les processus décisionnels et conceptuels, les projets. Il s’agissait de faire apprendre des principes opérationnels, de gestion, de méthode, des rôles moteurs, transférables (IGEPS) ou d’étudier les APS (SNEP). Aujourd’hui l’EPS est focalisée sur le «savoir s’entraîner» et l’acquisition de «rôles sociaux». Si l’intellectualisation a contribué à sa conformité scolaire, ce mimétisme stupide a détourné l’EPS des besoins élémentaires des élèves, de sa grande spécificité, de son objet essentiel : le corps.

 

Pendant ce temps, en 20 ans, la jeunesse a perdu le quart de ses capacités cardio-pulmonaires. Cela questionne l’évolution de la société mais aussi l’utilité même de la matière et ce qu’elle a su proposer depuis 40 ans. Aussi la Cour des comptes en 2019, dans son rapport « L’école et le sport, une ambition à concrétiser », interrogeait la discipline sur le fait qu’elle «ne donne aucune assurance sur la capacité de tous les élèves à maîtriser un niveau général d’aptitudes physique et sportive ».

Quand on sait qu’aujourd’hui un jeune sur deux n’a que deux hebdomadaires d’EPS comme seule source d’activité physique, il serait peut-être temps de repenser les objectifs et la pédagogie de cette vitale discipline. 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email