Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Un robot humanoïde en classe ? Ce n’est pas de la science-fiction

Il est désormais possible de voir un robot débarquer en classe pour permettre aux élèves du primaire empêchés d’aller à l’école pour de longues durées de participer « en direct » à la classe. L’arrivée de ce nouvel « outil » révolutionne la classe et pose de nombreuses questions. 

Ces robots s’adressent aux élèves privés d’école pour au moins un mois. L’objectif principal est de les inclure le plus possible dans le processus pédagogique pour éviter une rupture trop forte. Ils peuvent ainsi suivre la classe par exemple depuis l’hôpital ou un lieu de convalescence. 

Le programme TED-i (Travailler Ensemble à Distance et en Interaction) permet donc de déployer sur tout le territoire 1 750 robots humanoïdes, prénommés Buddy, dans les écoles primaires. Buddy est mobile, doté d’un écran tactile et d’une autonomie de 4 heures. 

Sont également déployés 1 750 robots BEAM, équipés d’un micro, de son, d’une caméra, d’un écran, pilotés à distance par l’élève et adaptés « en fin du cycle primaire ». 

Après la classe à distance et la continuité pédagogique, le PE découvre donc l’élève à distance. Si l’objectif premier est tout à fait louable, ce dispositif constitue néanmoins une intrusion avec une caméra active en permanence dans la classe. 

Qu’en est-il du droit à l’image de l’enseignant et des autres élèves ? De la protection des données d’un robot développé par une société privée ? De la sécurité en cas d’une utilisation malveillante ou de piratage du dispositif ? Comment assurer la sécurité de tous quand il est prévu qu’un élève pilote à distance un robot de 18 kg pour 1,30 m et qui peut se déplacer dans la cour de récréation ? Le professeur en est-il responsable ? 

Enfin, comment le PE va-t-il trouver du temps pour la manipulation du robot au quotidien, la coordination avec les équipes médicales ou encore l’adaptation des supports d’enseignements ? 

Les 108 heures, baguette magique préférée de nos supérieurs, seront à coup sûr invoquées pour que le PE apprivoise la machine. 

Le SNALC attend du ministère des réponses claires à ces questions inquiétantes. Le lancement en grande pompe de TED-i ne doit pas occulter ces préoccupations qui ne peuvent être négligées 

Article extrait de la revue du SNALC, la Quinzaine universitaire n°1462 du 18 février 2022