Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Lycée 4.0 : la Région tient les cordons de la bourse et tire les ficelles 

© istock_SvetaZi-538061952

Le Lycée 4.0, sacre de la machine comme outil pédagogique, a été mis en place dans l’Académie de Nancy-Metz en 2019. 

La Région Grand Est a équipé chaque lycéen d’un ordinateur, qui devient sa propriété à la fin de ses études secondaires. Et avec une grande libéralité, elle lui fournit chaque année, outre l’ordinateur, les licences (valables un an) de ses manuels numériques bien sûr. C’est un investissement colossal. 

Soyons justes : durant la crise Covid, cette dotation a été utile, et a permis à ceux des élèves qui disposaient d’une bonne connexion internet, de pouvoir suivre les cours à distance. Mais après quatre ans, et alors que l’inflation amène le prix des manuels à augmenter, la facture est lourde. Sûrement trop. Que faire, donc ? Revenir aux manuels papier ? Quel primitivisme ! Non, plutôt limiter le nombre de manuels de chaque élève. Mais lesquels garder ? Comment choisir ? À qui demander quels sont les manuels les plus utiles ? Aux professeurs ? Certes non. La Région ne s’est pas embarrassée : sans prévenir, elle n’a validé qu’une partie des devis, le début (soit souvent les manuels de 2de et de 1ère). Certains élèves de terminale ont donc commencé l’année scolaire sans manuel, dans leurs enseignements de spécialités en particulier. La Région a donc jugé légitime de choisir comment les professeurs allaient travailler, et ne les en a pas même informés avant la pré-rentrée. 

Pourquoi, effectivement, le ferait- elle ? Elle paye. La Région, sacrée grand maître ès pédagogie du fait de la coquette somme qu’elle investit chaque rentrée dans le parc numérique et les licences toujours renouvelés, impose maintenant sa loi. Elle tient les cordons de la bourse, et peut donc tirer les ficelles, faisant des professeurs, voire des instances décisionnaires plus traditionnelles de l’EN, des marionnettes qui jouent la mise en place de ses innovations plus ou moins réfléchies dans un domaine où elle n’a aucune expertise légitime. Dans l’Académie de Nancy- Metz, les licences ont finalement été achetées et la Région a « rallongé » le budget nécessaire. Mais cela nous prouve, encore une fois, que l’école est devenue une affaire économique, et même une affaire d’économies 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1470 du 4 novembre 2022