Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

LES ENSEIGNANTS ET LE DEVOIR DE RÉSERVE

© iStock - Studio Serge Aubert
Avec le projet de loi « pour une école de la confiance », et son article 1er relatif à l’engagement et l’exemplarité des personnels de l’Éducation nationale, on n’a jamais autant parlé du devoir de réserve des enseignants. Qu’en est-il exactement ?

 

Contrairement à une idée fort répandue, l’enseignant est bien soumis à un devoir de réserve, même si cette obligation n’est inscrite dans aucune loi. Le “Statut général des fonctionnaires” datant de 1983, n’en fait pas mention. D’ailleurs, Anicet LE PORS, ministre chargé de la Fonction publique à l’origine de ce statut, ne souhaitait pas que l’obligation de réserve y figure, estimant « qu’il y avait plus de risques que d’avantages à retenir cette solution, d’autant plus que si la liberté d’opinion est de caractère général, la liberté d’expression prend différentes significations en fonction des circonstances, de la place du fonctionnaire dans la hiérarchie et qu’il revenait au juge, par la jurisprudence progressivement établie de trancher tous les cas d’espèce ».

Pourquoi donc ce revirement de doctrine du ministre actuel, d’inscrire dans la loi ces notions d’engagement et d’exemplarité, qui expriment certes des valeurs incontestables autour desquelles l’école républicaine est construite, mais qui sont manifestement dépourvues de toute portée normative ? C’est quoi l’exemplarité et l’engagement ? Comment les mesurer ? D’autant plus que le Conseil d’État, dans son avis sur ce projet de loi, ne maintient pas ces dispositions, en précisant que « la loi a vocation à énoncer des règles », ce qui n’est manifestement pas le cas avec la formulation retenue. « Les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires », écrivait Montesquieu.

Sans vouloir préjuger de l’avenir, on peut toutefois s’inquiéter des dérives possibles que permettra cet article 1er de la loi, qui ne relèvera pas seulement de l’affichage, mais produira des effets imprévisibles, sources d’insécurité juridique pour les acteurs de l’école. Où commence l’engagement ? Où finit l’exemplarité ? Que sera-t-il possible de dire ou faire sans tomber sous le coup de la loi ? Qui sera le témoin de notre engagement ou de notre exemplarité ? Notre chef d’établissement ? Notre Inspecteur ? Voilà qui augure des relations professionnelles sereines et apaisées !

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1431, juillet 2019

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email