Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Climat scolaire
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Situation sanitaire
Souffrance et risques psycho-sociaux
Enseignement privé : nos articles
Privé : contes et légendes
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Examens, évaluation
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - quotidien
Avantages - sorties
Avantages - vacances
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
« Choc des savoirs »
Dossiers du mois
École inclusive
Laïcité et valeurs de la République
Réforme du lycée
Rémunérations
Grenelle et agenda social
Les métiers
AED
AESH
AESH : Contrat
AESH : Droits et devoirs
AESH : Infos en bref
AESH : Le SNALC s’adresse au ministre
AESH : Métier et carrière
AESH : PIAL et inclusion
AESH : Positions et revendications
AESH : Protection des personnels
AESH : Rémunération et retraite
Contractuels enseignants, CPE, Psy-EN
Contractuels : Contrats
Contractuels : Droits et devoirs
Contractuels : Infos en bref
Contractuels : le SNALC s'adresse au ministre
Contractuels : Métier et concours
Contractuels : Positions et revendications
Contractuels : Protection des personnels
Contractuels : Rémunération et retraite
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, Bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Nos publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Les APQ à bout de souffle

© istockphoto_FG-Trade-1756154816

Dans la dynamique de «Paris 2024» et en collaboration avec le mouvement sportif, le Ministère de l’Éducation nationale a lancé en 2022, les 30 minutes d’Activités Physiques Quotidiennes. En juin 2024, le SNALC a été auditionné par le Sénat et a saisi cette opportunité pour expliquer comment ces APQ sont réellement mises en place sur le terrain.

Les difficultés sont nombreuses : manque de temps, de matériel et d’espace – puisque souvent seule la cour est mise à disposition -, défaut de soutien financier ou associatif. Les PE se retrouvent seuls, sans formation ou avec quelques ressources pédagogiques sur « Eduscol » pour organiser ces 30 minutes d’APQ dans leur emploi du temps déjà surchargé.

Un kit de matériel sportif a bien été distribué, mais sans accompagnement, sans espace ni temps spécifiques. Ces activités s’organisent davantage comme des jeux sur le temps de récréation plutôt que comme de réelles séances d’activité physique, recommandées par l’OMS. Le SNALC déplore que ce dispositif soit devenu « 30 min sans tenue et à la va-vite », se résumant plus à une pause-jeu qu’à une véritable pratique physique.

Lors de l’audition, le SNALC a été conforté dans ce triste constat partagé par tous : nos interlocutrices sont allées dans des écoles et ont évoqué les mêmes problématiques. Elles ont également avoué sans langue de bois que la mise en place de ce dispositif n’était qu’un « coup de com’ » du ministère pour la promotion des Jeux olympiques 2024.

Les 30 min d’APQ seront donc amenées à évoluer, puisqu’inapplicables en l’état. Pour les sénatrices, les APQ ne devraient plus être assimilées à des activités physiques et sportives comme en EPS, mais davantage à « des activités pour bouger, pour améliorer l’attention des élèves dans la classe ou pour souffler ». « Ces activités ne devraient plus être vécues comme une contrainte, mais bien comme une plus-value pour les élèves et les professeurs, des pauses actives à différents moments de la journée pour le bien-être de tous ».

Le SNALC partage ce constat d’échec et dénonce l’épuisement des PE, obligés de devoir jongler au quotidien entre toutes les injonctions ministérielles et leurs possibles applications au sein d’écoles sous-équipées en moyens humains et matériels.


Article paru dans la revue Quinzaine universitaire n°1491-Ecole du 12 juillet 2024