Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

L’enseignement en distanciel et les limites du télétravail

Qu’est-ce que le télétravail ?

L’article 1 du décret du 5 mai 2020 le définit ainsi : « Le télétravail désigne toute forme d’organisation du travail dans laquelle les fonctions qui auraient pu être exercées par un agent dans les locaux où il est affecté sont réalisées hors de ces locaux en utilisant les technologies de l’information et de la communication. » « Le télétravail peut être organisé au domicile de l’agent, dans un autre lieu privé ou dans tout lieu à usage professionnel. »

Le recours au télétravail se base sur une demande soumise à autorisation, comme l’indique l’article 2 : «L’autorisation de télétravail est délivrée pour un recours régulier ou ponctuel au télétravail. Elle peut prévoir l’attribution de jours de télétravail fixes au cours de la semaine ou du mois ainsi que l’attribution d’un volume de jours flottants de télétravail par semaine, par mois ou par an dont l’agent peut demander l’utilisation à l’autorité responsable de la gestion de ses congés. »

Conscience professionnelle

Le ministre de l’Education nationale l’a déclaré plusieurs fois et la circulaire du 5 mai 2020 est venue le confirmer : il n’était pas question à la réouverture des écoles le 11 mai 2020 de cumuler présentiel et distanciel.

« Les professeurs qui assurent un service complet en présentiel dans l’école ou l’établissement ne sont pas astreints à l’enseignement à distance. L’enseignement à distance pour les élèves restés chez eux est assuré par les professeurs qui sont aussi à domicile. Le lien à distance entre élèves et professeurs est défini à l’échelle de l’école ou de l’établissement, avec l’aide, le cas échéant, des autorités académiques. » (Circulaire du 5 mai 2020)

Pourtant, dans les faits, les professeurs des écoles, qui dès le 11 mai sont retournés travailler en présentiel tous les jours, ont fait la classe pour les élèves présents mais l’ont aussi assurée en distanciel pour leurs élèves restés à la maison.

Pourquoi ? Par conscience professionnelle. Parce qu’il n’y avait parfois aucun professeur de l’école resté en distanciel qui aurait pu assurer la continuité pédagogique et que les autorités académiques n’ont pas forcément été contactées à ce propos, ou celles qui l’ont été n’ont pas forcément répondu.

Savoir se préserver pour préserver ses droits

Le décret du 5 mai 2020 dans son article 7, en modifiant l’article 8 du décret de 2016, stipule que l’autorisation pour exercer ses fonctions en télétravail doit mentionner « Les modalités de mise en œuvre du télétravail et, s’il y a lieu, sa durée, ainsi que les plages horaires durant lesquelles l’agent exerçant ses activités en télétravail est à la disposition de son employeur et peut être joint, par référence au cycle de travail de l’agent ou aux amplitudes horaires de travail habituelles ».
Concrètement, cela signifie, dans l’hypothèse où nous devrions avoir encore recours au télétravail à la rentrée prochaine, que respecter les horaires d’enseignement pour télétravailler sera le seul moyen de faire respecter votre droit à la déconnexion, que ce soit de la part de votre IEN ou des parents d’élèves.

La question qui est revenue souvent a été « Combien d’heures d’enseignement dois-je faire ? ». Que ce soit uniquement en distanciel ou en distanciel et présentiel cumulés, rappelez-vous que nous enseignons 24h par semaine. Par conséquent, le distanciel ne devrait pas dépasser 24h. Et le temps de préparation pour notre enseignement ne regarde personne d’autre que nous.
Lorsqu’on exerce deux jours en présentiel et deux jours en distanciel, l’article 2 précité évoque l’attribution de jours de télétravail fixes, auxquels le SNALC conseille de se tenir.
Lorsqu’on exerce à temps partiel, là aussi il faut veiller à respecter strictement les jours travaillés ou la quotité travaillée pour enseigner en distanciel.

Tout s’est mis en place dans l’urgence suite à des annonces ministérielles à appliquer sans temps de préparation suffisant.
Le SNALC vous conseille de prendre soin de vous et continuera de vous accompagner afin de faire respecter vos droits si nécessaire.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email