Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Le compte n’est pas bon

Mot du président
 
Jean-Rémi GIRARD

 

Edito de la revue Quinzaine universitaire n°1462 du 18 février 2022

 

C’est Cédric Villani qui a mis le feu aux poudres : la réforme du lycée aurait des conséquences catastrophiques sur l’enseignement des mathématiques. Souvenons-nous qu’à sa mise en œuvre, le ministre, avec le même Cédric Villani, prétendait qu’il y avait des mathématiques dans le tronc commun de la réforme, grâce à la création de l’ « enseignement scientifique ». Il suffisait pourtant de lire le programme pour se rendre compte que c’était un mensonge. D’ailleurs, d’après les statistiques du ministère lui-même, cet enseignement est assuré à 93 % par des professeurs de physique-chimie et de SVT. Il aura quand même fallu longtemps pour que les concepteurs de la réforme donnent raison au SNALC, qui avait pointé du doigt ce problème dès l’origine. Comme quoi, le dialogue social et l’écoute des personnels, ce n’est pas juste pour faire joli.

Aujourd’hui, si les élèves peuvent trouver un parcours scientifique tout à fait valable (avec toujours l’écueil de l’abandon d’une des spécialités en fin de première, qui est en train de tuer les sciences de l’ingénieur), le vrai problème est sur les autres élèves, qui suivaient auparavant un enseignement de mathématiques pour s’orienter vers les sciences sociales, l’économie… Désormais, la majorité des élèves qui prennent une spécialité SES en Première ne prennent pas d’enseignement de mathématiques avec. Avant, la série ES et une partie de la série L assuraient une formation équilibrée de ces élèves, avec un programme de mathématiques plus « pratique » et qui était très apprécié des collègues. En termes d’orientation, les élèves se ferment beaucoup de portes, et les familles n’en ont souvent pas conscience, car on leur a faussement vendu un système de libre choix, où toutes les combinaisons seraient valables.

Plutôt que de remettre en cause nos grands mathématiciens, nos sociétés savantes et les journalistes qui alertent sur le sujet, le ministre ferait mieux de regarder les chiffres de son propre ministère, qui sont sans appel, et pas uniquement sur les mathématiques. Oui, sa réforme a fait fortement diminuer le nombre d’heures de mathématiques, la proportion d’élèves qui font des mathématiques, et la proportion de filles qui font des mathématiques. Oui, sa politique de soutien aux langues anciennes au lycée a fait diminuer le nombre de latinistes de 15 %, et celui d’hellénistes de près de 30 %. Oui, sa réforme éducative des trois voies du lycée a dissimulé près de 8000 suppressions de postes dans le second degré alors que le nombre d’élèves augmentait. Oui, la charge de travail des personnels, en particulier dans les directions d’école et les vies scolaires, s’est accrue depuis l’arrivée de la pandémie, sans qu’aucune rémunération ne vienne reconnaître l’investissement de l’ensemble des personnels. Oui, les AESH sont toujours très mal payés. Pour augmenter les heures supplémentaires et dégrader les conditions de travail, il y a du monde ; mais pour faire une « revalorisation historique », il n’y a en réalité eu personne.

Si le SNALC a pu constater une évolution dans les modalités de dialogue — la proximité d’élections y étant sans doute pour quelque chose — il n’en oublie pour autant pas les chiffres du bilan du quinquennat. Certes, il y a les chiffres des effectifs des CP-CE1 en éducation prioritaire et celui de la prime REP+, ou bien encore ceux figurant dans l’accord sur les personnels administratifs que nous avons signé… mais il y a aussi le chiffre en bas à droite de votre feuille de paye, le chiffre des démissions et ruptures conventionnelles, le chiffre de votre temps effectif de travail. Le SNALC continuera donc de porter votre parole et vos revendications, et de lutter à tous les niveaux pour que le compte soit enfin bon et que les personnels bénéficient d’un meilleur traitement.

 

 

—————————–

La Quinzaine universitaire n°1462 est accompagnée d’un supplément spécial Mutations INTRA-académiques (second degré) : en libre téléchargement sur le site du SNALC

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email