Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Le collège du bonheur

© istock_LumiNola

L’expérience commence le 2 juillet 2021 dans un collège de Seine-et- Marne. À l’occasion des réunions parfois rébarbatives de fin d’année, nous avons appris de la bouche de notre Principale que notre collège serait, peut-être, bientôt labellisé « BONHEUR » ? L’après-midi même, nous avions rendez-vous en visioconférence avec l’historien François Durpaire, un universitaire de renommée internationale, qui a créé le laboratoire BONHEURS. 

 

Le laboratoire B.O.N.H.E.U.R.S (Bienêtre, Organisation, Numérique, Habitabilité, Éducation, Universalité, Relations, Savoirs) n’en est pas à son coup d’essai et a déjà labellisé un certain nombre d’établissements scolaires à la Guadeloupe.

 La théorie de M. Durpaire est simple et implacable : créer les conditions de bien-être pour les personnes, adultes et élèves, qui fréquentent un établissement scolaire, est un préalable pour que les apprentissages se déroulent dans les meilleures conditions possible. Pour la mise en pratique de ses expérimentations, Monsieur Durpaire s’appuie sur les théories pédagogistes en vogue aux Etats-Unis (Psychology and the good life, bases de la psychologie positive, multiculturalisme, etc.). 

Pour les modalités pratiques, nous devons cette année, rédiger notre dossier de labellisation et adapter notre projet d’établissement pour le rendre compatible « BONHEURS ». Notre dossier sera-t-il accepté ? Le suspense est insoutenable. 

La première action à mettre en œuvre : travailler sur le bien-être des personnels adultes de notre établissement pour pouvoir, les années suivantes, transmettre notre joie de vivre à nos élèves – la durée de l’expérimentation est au minimum de 3 ans. Nous nous employons donc, entre autres, à créer une meilleure cohésion entre les équipes via des moments festifs – il fallait y penser –, à mettre en place des échanges de pratiques pédagogiques, à améliorer notre cadre matériel de travail – couleur des murs, des sols, des plafonds… 

L’histoire n’est bien sûr pas finie. L’année prochaine, nous entamerons des expériences pédagogiques innovantes grâce à l’aide des « scientifiques » des laboratoires du BONHEURS de M. Durpaire. On en frémit d’impatience… 

Le SNALC se réjouit évidemment de voir notre institution se préoccuper de notre bonheur, et nous ne manquerons pas de féliciter notre hiérarchie pour cette initiative. Pour autant, le SNALC revendique toujours la priorité au travail scolaire, un peu oublié, mais pourtant seul garant d’un bonheur durable… 

Article extrait de la revue du SNALC, la Quinzaine universitaire n°1462 du 18 février 2022