Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Évaluation de la spécialité EPS: encore une usine à gaz ! 

© istock_thomas-bethge

L’EPS est décidément abonnée aux usines à gaz en matière de certification. Nous avions dénoncé en 2019 la complexité du dernier CCF comptant pour le baccalauréat. Il en va encore de même pour l’évaluation de la spécialité «Éducation physique, pratiques et culture sportives». 

Selon le projet de note de service, l’examen comportera 4 épreuves notées chacune sur 10 points. 

Les deux premières seront écrites et à réaliser en 3h30. Il est prévu une dissertation (10 points), qui portera sur la partie « Enjeux de la pratique sportive dans le monde contemporain » et une étude de document (10 points), qui traitera d’une question relative à deux autres parties du programme avec deux sujets au choix. 

Les deux épreuves suivantes seront plus pratiques, mais pas moins simples, et à effectuer en 30 minutes. Tout d’abord une pratique physique (10 points), où chaque candidat sera observé pendant 15 minutes, sera à réaliser dans une des 5 activités relevant d’une famille différente (les champs d’apprentissage). Cependant, le jour de l’examen, seulement deux pratiques physiques seront possibles et connues un mois à l’avance. Objectif de ce suspense? Maintenir la polyvalence des candidats. Enfin, une épreuve orale de 15 minutes (10 points) portera sur une vidéo de 1 à 3 minutes, réalisée par chaque élève, répondant à un cahier des charges très contraint. L’entretien se divisera alors en 2 parties : un temps d’exposé sur la problématique soulevée par la vidéo et un temps de questionnement destiné à apprécier les capacités d’analyse des candidats. 

Ces contenus d’examen exigeant une préparation à la dissertation, à l’étude de documents, au montage vidéo, à l’analyse, à l’entretien et portant sur un programme complexe et très étendu, vont théoriser un peu plus le métier. Cette spécialité risque de devenir davantage une propédeutique aux STAPS qu’une ouverture à des secteurs de l’activité physique en pleine expansion. Quant à l’ouverture à des profils variés d’élèves prévue par le projet à son origine, elle est largement compromise. 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1464 du 15 avril 2022

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email