Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

EPS : pour une remise en forme des élèves… et de la discipline

Les activités sédentaires, déjà prédominantes chez les jeunes de 6 à 18 ans (télé, Internet, jeux vidéos…), ont fortement progressé durant le confinement. Elles sont passées de 22,6 heures à 33,3 heures hebdomadaires traduisant une hausse significative de près de 50%. Autre fait caractéristique, 14% des jeunes n’ont eu aucune pratique physique durant cette période ; ce taux atteint 20% chez les lycéens.

C’est ce que démontre une étude Harris Interactive réalisée en pré et post confinement, interrogeant en février et en avril un échantillon représentatif d’un millier d’enfants, à la demande de l’IRMES (Institut de Recherche bioMédicale et d’Épidémiologie du Sport) et de l’association Assurance Prévention.

Malgré l’implication des enseignants d’EPS dans diverses pratiques de « continuité pédagogique », ces résultats confirment l’évidence pressentie. Il va falloir remettre en forme les élèves en septembre. Or, leur niveau n’était déjà pas bon. Pour rappel, un élève sur deux n’a pour seule activité physique et sportive que celle dispensée en EPS ; les jeunes ont perdu en 25 ans un quart de leurs capacités cardio-pulmonaires.

De quoi les élèves vont-ils avoir besoin à la rentrée ? Là aussi l’évidence s’impose : de reprendre en main leur corps, de s’activer, de renouer avec le plaisir de bouger ensemble et d’éprouver des sensations dans des situations riches et variées. Quelle EPS proposer dans ces conditions ? Si là encore l’évidence est claire, elle est en revanche bien loin de s’imposer ! Ce ne sont pas l’étude de rôles sociaux dans des champs d’apprentissage, ni des analyses méthodologiques pléthoriques, telles qu’elles sont ordonnées par les programmes, qui permettront aux élèves de refaire du muscle. Cette reprise implique un recentrage sur les apports essentiels de l’EPS. Ils sont d’ordre physique, moteur, gestuel, corporel, social et ludique. Ils doivent retrouver toute leur place, leur priorité.

Si la remise en forme des élèves est urgente, la remise en forme de la discipline s’avère tout aussi nécessaire.