Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

EPS les après-midi : c’est NON !

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1433 – octobre 2019




Au cours de notre analyse des programmes (QU n°1432) nous avons remarqué que la priorité laissée à l’organisation de l’EPS dans les LGT avait disparu. Elle était ainsi formulée :

« L’EPS fait peser sur la communauté éducative des exigences structurelles (emploi du temps des disciplines, alignement de divisions) et fonctionnelles (constitution de groupes de besoin, de niveau) qui doivent être perçues non pas comme un privilège à accorder aux personnels enseignants d’EPS, mais comme une condition indispensable à la mise en oeuvre et à la réussite du programme de la discipline d’enseignement ».



Aucune nouvelle recommandation de remplacement n’est aujourd’hui perceptible ! Ce point précis nous alerte :
• Cette disparition fait perdre aux emplois du temps et aux organisations de l’EPS un soutien institutionnel de poids. Elle menace le bon fonctionnement de cette discipline.
• Cela ouvre la voie à des luttes de territoire dans l’organisation des enseignements.

La preuve en est : un projet de circulaire, en marge des programmes, intitulé Emplois du temps EPS des établissements d’enseignement du second degré a été étudié au mois de Juillet à la DGESCO. Il stipulait qu’« afin d’équilibrer au mieux les temps d’enseignement au bénéfice des apprentissages, cet enseignement se déroulera prioritairement l’après-midi, dans la mesure du possible… ».

Sans plus de recul, cette mesure surabonde dans le sens des expérimentations “Confiance et sport” lancées par JM. BLANQUER, ouvertes dès cette rentrée dans les écoles et les collèges volontaires. Elles visent des « aménagements du temps scolaire, en privilégiant la place des enseignements de l’EPS et de la pratique sportive… l’après-midi ».

Voilà donc deux sérieuses offensives qui poursuivent le même but et menacent clairement la place et le rôle de l’EPS dans le système éducatif. Elles nous incitent à la plus grande vigilance.

Le SNALC s’est vigoureusement opposé à ces mesures qui marginalisent l’EPS et l’assimilent dangereusement à une pratique sportive annexe. Nous suivrons donc de près cette circulaire pour l’instant en réexamen.