Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

DHG et LCA : le bal des vautours

© istock_2ndLookGraphics

Malgré les nouvelles annonces du ministre en novembre 2021, sur le terrain, rien ne change… si ce n’est en pire ! 

Nihil novi sub sole : janvier-février, le dialogue de gestion autour de la DHG lance l’ouverture du bal des vautours autour des heures de marge attribuées aux établissements pour financer options et groupes. Depuis la réforme Blanquer, lycées et collèges sont logés à la même enseigne. 

Cette année encore, les professeurs de LC doivent lutter pour conserver leur enseignement de LCA : quand ce ne sont pas les collègues d’autres disciplines qui suggèrent, avec de moins en moins de vergogne, de supprimer purement et simplement les LCA, ce sont des chefs d’établissement qui proposent des réductions drastiques des horaires, parfois même en dessous de l’horaire plancher de 5h, avec des regroupements de niveaux, afin de récupérer des heures pour financer des « attractions » qui n’ont aucun statut d’option pour l’EN et ne devraient donc pas prendre des heures de marge. 

Encore une fois, les professeurs de LC doivent trouver des alliés parmi les élus au CA, alerter les parents de la baisse de qualité ou de la suppression de l’enseignement que suivent leurs enfants. 

Et ne parlons pas de l’option FCA en 6ème, dont le financement dépend du bon vouloir des DASEN et dont les principaux cherchent déjà à détourner la dotation, quand elle est accordée. 

Quousque tandem… La patience des professeurs de LC s’épuise, comme leur santé physique et mentale, dans ce travail de Sisyphe : si la majorité résiste encore et toujours, beaucoup d’entre eux, refusant de sacrifier davantage leur santé sans la moindre reconnaissance de leur travail, abandonnent la lutte. 

On ne s’y prendrait pas mieux pour organiser la mort de l’enseignement des LCA : dégoûter les professeurs en poste malgré toute leur inventivité et leur adaptabilité, faire fuir les éventuels nouveaux candidats aux concours… L’étoile des LCA est une naine blanche qui s’étiole, seuls des actes forts et des décisions rapides empêcheront son extinction. 

Article extrait de la revue du SNALC, la Quinzaine universitaire n°1462 du 18 février 2022

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email