Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Contrôle continu : le bouleversement de la communauté éducative

© iStock_OrangeDukeProductions
«Les enseignants dans leurs classes ne sont pas anonymes. Un correcteur de bac, c’est anonyme ».
Jean-Rémi Girard
Président du SNALC

Le contrôle continu fut le coup de grâce pour les enseignants de lycée. Il est synonyme de profondes transformations de l’état d’esprit et des règles déontologiques qui régissent habituellement notre quotidien, notre rapport aux élèves, aux familles et aux hiérarchies. Il participe de ces phénomènes tempétueux qui détruisent en quelques minutes un paysage globalement discipliné pour le redessiner tel un champ de bataille dont on occulte les victimes collatérales pour ne considérer que les avantageuses retombées économiques. Il s’impose sur 40% de la note finale des bacheliers : l’évaluation des profs décide donc du sort de leurs élèves ! 

 

L’on commettra une faute si l’on déroge désormais au B.O. ils invitent à rester maître du jeu – de dupes – et à l’assumer publiquement. Il faut que «l’équipe pédagogique conduise une réflexion » avec «définition de principes communs, garants de l’égalité entre candidats », « les élèves doivent accomplir les travaux qui leur sont demandés par les enseignants, se soumettre aux modalités qui leur sont imposées », « lorsque l’absence d’un élève à une évaluation est jugée par son professeur comme faisant porter un risque à la représentativité de sa moyenne, une nouvelle évaluation est organisée » : autant d’occasions de contestations par les élèves et leurs familles puisque les enseignants sont désormais tenus pour seuls responsables de la nouvelle donne. Autant d’ouvertures de parapluie hiérarchiques à venir, de sommations de filer droit, d’assumer ses notes, de les augmenter si elles sont jugées trop basses, de proposer de nouveaux travaux si certains sont considérés inadéquats par l’opinion publique, d’exposer, de désavouer, bref de ne pas soutenir pour mieux s’adapter aux éventuelles plaintes des parents. 

 

À l’issue de ce 1er trimestre qui voit déjà poindre bon nombre de prises de tête, le SNALC réitère son engagement à vos côtés contre tout litige pédagogique ! 

 

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1459 du 13 décembre 2021