Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Application de la GIPA

© iStock©Sezeryadigar

La loi sur les retraites de 2003 a modifié la durée de carrière nécessaire pour bénéficier d’une pension à taux plein : on est passé progressivement de 37,5 ans à 40 ans puis à 42 ans. En conséquence, de nombreux fonctionnaires arrivés au sommet de leur carrière allaient passer un nombre d’années plus important sans pouvoir accéder à un échelon plus élevé. C’est la raison pour laquelle l’Etat a créé en 2008 la Garantie individuelle du pouvoir d’achat ou G.I.P.A., c’est-à-dire la possibilité de compenser quand même l’augmentation du prix de la vie.

C’est ainsi que depuis 2008, chaque année, le gouvernement publie un décret qui énonce la différence qu’a connue le prix de la vie sur les quatre dernières années pour les seuls fonctionnaires qui n’auraient connu aucune progression d’échelon, de grade ou de corps.

Cette G.I.P.A. a connu diverses vicissitudes, le gouvernement ayant même tenté de la supprimer ou de ne pas l’appliquer ou de l’appliquer tardivement : le décret l’établissant paraissait en avril ou juin ou même en septembre.

Cette fois-ci, le décret 2022-1101 du 1er août 2022 vient d’être publié. Les collègues qui en bénéficieront n’auront donc  pas connu le moindre avancement entre le 31 décembre 2017 et le 31 décembre 2021.

Le taux de l’inflation a été de 4,36 % entre ces deux dates et la valeur du point d’indice  est passée de 56,2044 euros en 2017 à 56,2323 euros en 2021.

Les collègues qui remplissent les conditions exigées toucheront les effets de ce décret d’ici septembre ou octobre.

Si comme le SNALC l’espère, le décret est reconduit l’année prochaine, le montant de cette garantie sera beaucoup plus élevé, car entre le 31 décembre 2018 et le 31 décembre 2022, l’inflation aura galopé puisque pour la seule année 2021-202é, elle a déjà augmenté quatre fois en octobre, janvier, mai et août ! Et la valeur du point d’indice est déjà passée de 4,68 euros par mois à 4,850033 euros rien que cette année !