Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Agrégés : le retour ?

© istock_nirat

Les crises favorisent d’ordinaire une effervescence intellectuelle et artistique. Il n’en est rien avec celle du COVID qui, en outre, a accentué la déliquescence de l’enseignement. Son redressement exige la mobilisation de tous, dont notamment les agrégés. 

Des chefs-d’oeuvre sont souvent nés au coeur des grands cataclysmes. De la peste naquirent les fresques de La Chaise-Dieu, des guerres de religion, les Tragiques. L’Occupation, malgré les pénuries, les arrestations, le couvre-feu, la censure, vit fleurir Huis clos, Les mouches, Antigone, Les Enfants du Paradis. Mais les fleurs du COVID restent encore à écrire. 

Pourtant la culture et la pensée disposent aujourd’hui de moyens autrement plus puissants que ceux dont bénéficiaient les intellectuels en 1940. Le numérique devait abolir les barrières du confinement et l’homme cloîtré mais paradoxalement cosmopolite se serait nourri chez lui des créations artistiques et intellectuelles du monde entier. En fait, des plates-formes commerciales ont surtout diffusé des séries. Et, en matière de culture, c’est le bon vieux livre qui l’emporte. Dispensons donc du port du masque les enfants pour qu’ils apprennent à lire correctement ! 

L’école, pour sa part, devait relever le défi et, via la transition numérique, entrer dans le troisième millénaire. En réalité, la pandémie a accéléré le délitement de notre système d’éducation, commencé par la réforme du collège et poursuivi par celle du lycée. Il n’y a pas si longtemps, on dénonçait le contrôle continu au brevet, le taux exorbitant de succès au bac. Aujourd’hui on a le bac en contrôle continu et des épreuves de spécialité tronquées. Nos futurs bacheliers sont-ils préparés aux études supérieures ? 

Au sortir de cette crise, l’enseignement a besoin d’un projet de remise à niveau et de requalification pour lequel il faudra mobiliser les professeurs et en recruter. L’erreur serait de priver des agrégés l’enseignement secondaire au motif que leur niveau universitaire les en éloigne. Au contraire, ils peuvent lui redonner les connaissances et la culture générale, « véritable école du commandement », celle qui a manqué aux gestionnaires de notre crise.  

Article extrait de la revue du SNALC, la Quinzaine universitaire n°1462 du 18 février 2022