Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

AESH en PIAL : le bilan est mauvais

© istock_monkeybusinessimages

Le Sénat a publié en février un bilan des mesures éducatives du quinquennat. 

Environ 10% de ce document est consacré à l’école inclusive en général, aux PIAL et aux AESH en particulier : le Sénat, établit clairement des dysfonctionnements sur ces sujets. 

Ainsi, les PIAL ne pallient pas le manque récurrent d’AESH et sont perçus comme un échelon administratif supplémentaire. L’objectif de réactivité du PIAL mène à des changements d’affectation brutaux alliés à une mutualisation à outrance. 

Le Sénat regrette que les affectations dans plusieurs établissements, les modifications brusques d’emploi du temps et l’augmentation des accompagnements ultra-mutualisés compliquent les missions des AESH, confrontés à une perte du sens de leur métier. 

Le rapport observe également que malgré la modification des contrats des AESH, leur emploi reste précaire, à temps incomplet et à faible rémunération malgré une légère augmentation sur le quinquennat. 

La formation est aussi pointée du doigt. Les AESH sont rarement formés en amont de la prise de poste et la formation continue est quasi inexistante, poussant des AESH à financer eux-mêmes des formations pour prendre en charge les besoins des élèves qu’ils accompagnent. 

Le Sénat, bien conscient des failles du système, formule donc des propositions et relève de « bonnes pratiques » :

  • Limiter l’étendue des PIAL ; 
  • Prendre en compte le trouble de l’élève et les expériences de l’AESH ; 
  • Renforcer la formation des AESH ; 
  • Améliorer la rémunération des AESH; 
  • Présenter le PIAL en réunion ; 
  • Écouter les souhaits d’affectation des AESH; 
  • Limiter les distances de déplacement par un engagement moral ; 
  • Prendre en compte les binômes AESH/ enseignants qui fonctionnent bien ; 
  • Organiser une réunion de travail avant le début de l’accompagnement ; 
  • Recenser les besoins de formation des AESH. 

Si le SNALC rejoint le Sénat sur une grande partie des constats, il est plus ambitieux dans ses propositions. En effet, les préconisations du rapport sénatorial ne sont pas dénuées d’intérêt, le SNALC estime qu’il faut aller beaucoup plus loin et beaucoup plus vite si l’on veut réussir le pari de l’école inclusive tout en permettant aux AESH d’avoir des conditions de vie et de travail décentes.

 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1464 du 15 avril 2022

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email