Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

2S2C : jeu, set… et match ?

© iStock_Bobex73
Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1443 le 10 juillet 2020



La DGESCO, ainsi que la Commission culturelle et éducative de l’Assemblée nationale, qui présentera ses conclusions sur le 2S2C le 15 juillet, ont chacune consulté les organisations représentatives pour effectuer un bilan du dispositif, mais aussi, et c’est plus inquiétant, entrevoir d’éventuelles perspectives. Les organisations syndicales ont été unanimes.

S’agissant du bilan, la mise en place du 2S2C sans concertation, sans véritables orientations, a été déplorée. Les importantes inégalités territoriales engendrées et son très faible succès ont aussi été pointés. La DGESCO à ce propos a précisé que, dans le 1er degré, le dispositif a concerné 5 300 écoles, 63 000 enfants, soit 0,9% des élèves du primaire. Dans le secondaire, il a été quasi inexistant. Nous avons rappelé le caractère exceptionnel, précaire du 2S2C, considéré comme une « roue de secours » momentanée permettant une prise en charge péri-éducative des élèves, en dehors des établissements scolaires restreints par les exigences du protocole sanitaire.

S’agissant alors des suites que pourrait prendre ce dispositif, le consensus a été total. Le 2S2C ne peut être qu’un système transitoire. En aucun cas il ne peut trouver sa place et s’exercer pendant le temps scolaire dans les conditions habituelles et officielles d’enseignement. Il conduirait à une externalisation, à une soustraitance et à une dépossession inacceptables d’enseignements qui relèvent de programmes des missions des professeurs et de celles de l’École publique.

La DGESCO et les députés ont entendu ces réserves. Cependant la question de la prolongation du 2S2C, abordée aux deux audiences, confirme qu’une possible pérennisation reste d’actualité. Mais les conclusions de ces enquêtes sont sans appel. Pour la profession, la poursuite éventuelle du 2S2C pendant le temps scolaire, en situation redevenue normale, c’est unanimement et totalement NON ! Aucun doute que le message sera doublement bien relayé. Espérons maintenant qu’il soit parfaitement entendu.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email