Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

2S2C et EPS : une menace surestimée ?

© iStock_DiegoCervo
Paru dans la Quinzaine universitaire n°1442


Un vent de panique bien attisé souffle sur la profession à propos du 2S2C. Ce dispositif Sport-Santé-Culture-Civisme a été conçu par le gouvernement, sans aucune concertation, résultat d’une alliance à huis clos entre les ministères des Sports, de l’Éducation et le Comité national olympique et sportif français.


Destiné en priorité au secteur primaire, le 2S2C dans son volet sportif vise à « assurer localement l’accueil des élèves sur le temps scolaire par d’autres intervenants que leurs professeurs en proposant d’encadrer une activité physique et sportive ». Mais si ce « dispositif d’appui à la reprise scolaire en sortie de confinement », par définition transitoire, permet un délestage périscolaire des effectifs par l’emploi d’acteurs fédéraux, il pose d’autres problèmes dès lors qu’il concerne le secondaire et que JM. Blanquer envisage de le pérenniser.

Le dispositif précise que « l’intervention du Mouvement sportif s’inscrit dans une continuité éducative, une intervention complémentaire et non en substitution de l’enseignement des professeurs d’EPS » et que son organisation « tient compte du contexte particulier […] et du positionnement des directeurs d’écoles, des chefs d’établissements et des élus locaux ». Ce dispositif s’adresse donc au second degré.

Mais à la marge. Selon des missives rectorales en direction des P. EPS, pour l’heure, seul le cycle 3 est concerné. Les enseignants d’EPS sont invités à y participer par volontariat (Créteil) ou pour effectuer des heures d’AS qui ne seraient pas réalisées (Amiens). Certes le texte de cadrage entretient un flou. Il réactive l’amalgame entre Sport et EPS toujours distillé par JM. Blanquer et son idée persistante d’une éducation à l’allemande qui satisferait la Cour des comptes (1). Mais nous sommes encore bien loin d’une concurrence ouverte dans le secondaire entre Sport et EPS. Si le 2S2C représente un nouveau mépris, une éternelle lubie et une solution temporaire à surveiller, il y a fort à parier q qu’il ne résistera pas à un retour à la normalité.


(1) Sur l’éducation à l’allemande : https://syndicat.snalc.fr/national/article/4978/ et sur la Cour des comptes 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email