Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Visionnaires d’hier et comptables d’aujourd’hui

© istock_Bill_Oxford-908931960

« Ce que vous allez communiquer à l’enfant […] c’est la sagesse du genre humain, c’est une de ces idées d’ordre universel que plusieurs siècles de civilisation ont fait entrer dans le patrimoine de l’humanité ». Jules Ferry, Lettre aux instituteurs, 1883. 

C’était il y a seulement 140 ans. En 1881- 1882, des lois signées par Jules Ferry donnaient naissance à l’école laïque, gratuite et obligatoire. 

Il fallut le courage de cet homme et de son gouvernement, mus par un idéal d’émancipation et de justice, face aux forces conservatrices et aux puissances religieuses de l’époque, pour mettre en oeuvre l’une des lois républicaines les plus importantes de notre histoire. Sans elles, des générations d’enfants n’auraient jamais connu l’école et ses promesses d’ascension sociale et d’affranchissement. 

La cheville ouvrière des lois de 1881-1882 était l’instituteur, envers lequel la confiance de l’institution d’alors était sans équivoque. Au XXIe siècle, les successeurs de Ferry, que la honte n’empêche pas d’ériger ce dernier en modèle dans leurs discours, s’évertuent à détruire son héritage : en dépossédant les professeurs de leur mission essentielle, la transmission des savoirs ; en dénigrant les enseignants, boucs-émissaires de tous les maux du système éducatif ; en sanctifiant la parole des élèves-rois et des parents-consommateurs ; en ringardisant des mots émancipateurs tels que le mérite et la persévérance. 

Bref, en jetant aux ordures tout ce qu’un système éducatif, qui avait fait cent fois ses preuves et dont on pouvait s’enorgueillir, pouvait offrir de plus noble à un pays moderne. En repensant à ces lois, le contraste est plus que saisissant entre l’audace, le courage d’alors et le discours d’aujourd’hui, marqué par les idées et les normes de l’entreprise. De nos jours, politiciens, pédagogistes et journalistes grouillent, grenouillent et scribouillent sur l’école, et, sous couvert de modernisation, ne jurent que par la performance, la rentabilité et la concurrence en introduisant toujours plus les normes du secteur marchand dans nos écoles. Ces vigies du progressisme n’ont qu’une calculatrice à la place du cerveau et contribuent toujours plus à l’écroulement et à la ruine de notre système scolaire. À cause d’eux, le rêve d’émancipation initialement voulu s’est transformé en perversion comptable. Aux élections professionnelles, votez pour le SNALC, le syndicat représentatif et apolitique qui défend partout, toujours et de toutes ses forces, une certaine idée de l’école républicaine. Une autre école est possible, elle est affaire de volonté. 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1469 du 7 octobre 2022