Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : carrière
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Une reconversion, oui ! mais pas sans bagages !

© Thedigitalway-pixabay

Ça y est ! vous avez décidé de franchir le pas : vous allez quitter l’éducation nationale ! Le temps est venu de vous remonter les manches et de chercher une formation. Car, oui ! même si l’on se fait traiter de fou parce qu’on veut quitter un « emploi sûr », on ne veut pas partir n’importe comment et surtout pas, sans bagages !

Il existe plusieurs façons de se former. Nous les avions abordés dans notre article : https://snalc.fr/jen-ai-marre/. Toutefois, au vu du nombre de demandes (oui, l’éducation nationale va mal…), nous avons décidé d’approfondir le sujet. Nous n’aborderons pas, ici, la formation continue qui vous oblige à devoir, à votre employeur, le triple du temps accordé. 

Les démarches vous sembleront surement fastidieuses et longues, mais gardez à l’esprit qu’un dossier bien réalisé permet d’obtenir gain de cause. Pensez à en parler à votre syndicat, il vous aidera dans les démarches. Si cela peut vous rassurer, gardez en mémoire que d’autres ont effectué les démarches avant vous, et ont réussi. Car oui ! ça fonctionne, nous pouvons le certifier.

 

Le CPF

Vous avez la possibilité d’utiliser votre CPF, c’est-à-dire votre Compte Professionnel de Formation, compte pour lequel tout employé cotise afin qu’il puisse, à un moment dans sa carrière, évoluer. C’est donc pour répondre à un projet de préparation ou la mise en œuvre d’une reconversion d’une promotion ou d’une évolution professionnelle.

 

➔ Comment est crédité le CPF ?

La différence entre le secteur privé et public est la façon dont sont crédités les droits. Dans le secteur privé, la capitalisation s’effectue sous forme d’euros, alors que pour les enseignants, c’est sous forme d’heures. Le compte est alimenté chaque année de 24h jusqu’à 120h puis 12h/années suivantes plafonnées à hauteur de 150h, que l’on soit à temps partiel ou temps complet. En revanche pour un temps incomplet, la capitalisation est proratisée au regard de la durée du temps de travail. 

 

➔ Comment obtenir son crédit ?

Le CPF est mobilisable par l’agent, raison pour laquelle il faut effectuer une demande auprès de l’employeur (rectorat). Ainsi les heures pourront être converties dans le but d’avoir une enveloppe qui servira à payer ladite formation. Attention, toutefois : le budget alloué aux rectorats concernant le CPF, est un budget commun entre les professeurs du public et du privé. De ce fait, un plafond maximum est accordé par agent selon le besoin : 1500€/année scolaire. La formation peut aussi donner lieu (selon les académies) à une prise en charge financière des frais pédagogiques par FORMIRIS.

 

Pour que la demande soit acceptée, il faut : une formation certifiante ou diplômante, référencée QUALIOPI et non proposée par l’éducation nationale ou par FORMIRIS/ISFEC, et qu’elle ait pour objectif une évolution professionnelle. Il existe une multitude de formations que l’on peut retrouver sur : https://www.moncompteformation.gouv.fr/espace-prive/html/#/ ; Toutefois, si la formation choisie n’est pas référencée, cela n’est pas grave car elle peut tout de même être validée à la condition qu’elle respecte certaines règles. Assurez-vous que la formation ne figure pas dans le plan académique de formation, sinon la demande sera rejetée. Il est important d’effectuer la demande auprès du rectorat avant de vous inscrire. C’est une condition sine qua non pour mobiliser son CPF, au risque sinon, de devoir financer sur fond propre. 

 

ATTENTION !! Chaque académie fonctionne selon ses propres démarches ; pour certaines, les commissions pour accéder au CPF ne s’effectuent qu’une fois par an. Vous trouverez les modalités sur le site académique sous l’item CPF/projet de formation.

Cependant, prévoyez de compléter un dossier de candidature dans lequel vous devrez fournir a minima : une lettre de motivation, l’aval de votre chef d’établissement, deux devis différents pour une même formation (ou équivalente), un RIB (car oui !, vous devrez avancer les frais…). 

Pensez que votre formation doit être compatible autant que faire ce peut avec l’organisation de service. 

 

À la suite du passage de votre dossier en commission, vous recevrez une notification de la part de l’administration. Dans certaines académies, cela peut être très rapide (environ deux mois). Lorsque la formation est terminée, avec une attestation de fin de formation en poche, il vous faudra effectuer une demande de remboursement auprès du service du rectorat qui gère le CPF. Bien que votre CPF soit accordé par votre employeur, le remboursement sera généré par FORMIRIS. Comptez une moyenne d’un mois pour recevoir l’argent.

 

FORMIRIS

Formiris dispense aussi des formations dans le but des reconversions ; c’est un organisme qui promeut la formation pour les enseignants de l’enseignement privé sous contrat. Il gère une subvention publique que l’état lui alloue chaque année. Il utilise cet argent pour élaborer, proposer des formations continues et initiales. Formiris est LE partenaire formation pour les enseignants des établissements privés. Ce sont 13 associations réparties sur le territoire et qui correspondent aux 13 régions qui s’occupent des besoins territoriaux :

  • formation collective, donnée au sein de l’établissement : intra ou réseau. 
  • formation individuelle (à l’initiative de l’enseignant) 

 

Formiris travaille en étroite collaboration avec l’Isfec mais pas seulement puisqu’il travaille aussi avec tous ceux qui dispensent des formations certifiées QUALIOPI. Si certains Formiris ont fait le choix de développer des formations de terrain plutôt que celles individuelles, il n’en va pas de même sur tout le territoire. Cela dépend de la politique du Formiris régional mais aussi de la demande des territoires académiques. Par exemple, Formiris Rhône-Alpes est plus axé sur la formation collective alors qu’en Occitanie, vaste territoire étendu, il y a un développement de la formation individuelle. C’est pourquoi le catalogue d’offres s’effectue par régions. Toutefois, il y une possibilité d’effectuer une demande de formation dispensée sur une autre région auprès de l’organisme (Formiris). Lorsque les places sont comptées, les professeurs habitant la région sont bien sûr, prioritaires. On trouve aussi des formations nationales comme celles de formateurs, certaines certifications (cafep-CAPEI), etc…

Certains Formiris proposent aussi EVOPRO, un coup de pouce (soutien moral et financier) pour une évolution professionnelle. Contactez votre Formiris pour en connaître les modalités.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email