Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Avantages-SNALC : les offres V1
Carrière des PE
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Formations, concours, stagiaires
L'enseignement privé
L’édito du président
Le premier degré
Brèves
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Mobilité
Pédagogie
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Elections professionnelles
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants du supérieur
Personnels BIATSS
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques
Mutations, détachement
Personnels administratifs
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Positions et revendications
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Programmes & disciplines
Santé et risques psycho-sociaux

J’en ai marre

Cette phrase si banale, mais qui n’est pas si anodine que ça, révèle bien des choses sur notre état. Mais qu’en faire ou que répondre ?

 

Lèvent la main ceux qui ne l’ont jamais formulée ; nous l’avons au moins tous entendu une fois dans notre carrière, et peut-être même énoncée ! Car oui ! Il arrive un moment dans la carrière, surtout à l’approche des conseils ou en fin d’année, où les ressentis sont exacerbés et des questionnements se profilent.

Il faut d’abord distinguer si ce raz-le bol est juste dû à une fatigue passagère ou si c’est parce que le désir de changer de voie est profond. En prendre conscience est déjà une première étape.

La seconde est de choisir ce que l’on désire faire, un peu comme le ferait un élève de terminale lorsqu’il est temps qu’il choisisse sa voie ; il faut identifier si l’on souhaite évoluer au sein du métier, ou quitter l’éducation nationale.  Pour cela, il est possible d’effectuer un bilan de compétences, mais aussi se questionner sur ses besoins propres (pyramide de Maslow par exemple), puis s’interroger sur ses forces, compétences, savoirs et capacités. Il est important aussi de pointer les valeurs, les motivations, et les besoins. Généralement, à partir de cet état des lieux, un dessein se dessine.

Attention ! Ce serait un leurre de penser qu’il est aisé de se reconvertir, à moins d’avoir un projet de création d’entreprise (pour lequel l’on peut prendre un temps partiel ou une disponibilité) ; en effet, il faut souvent reprendre les études ou suivre des formations certifiantes afin d’accéder au poste convoité. Le champ des possibles est vaste si le bon organisme est sollicité. Pour des formations « académiques » liées à l’évolution de carrière tout en restant dans l’enseignement, l’enseignant peut se tourner vers le PAF, FORMIRIS, ou l’ESPE. À partir du moment où l’évolution est hors cadre de l’éducation nationale, il est possible de mobiliser son compte professionnel de formation (CPF) et/ou demander une formation via Formiris ÉVO-PRO (selon les académies).

Les formations peuvent être payées soit sur fonds propres, soit par l’éducation nationale, soit par FORMIRIS voire les deux, mais aussi par AKTO ou par le BOPEC (Bilan d’orientation professionnelle dans l’enseignement catholique). Il est possible aussi de demander un congé de formation de 6 mois (renouvelable) qui est rémunéré à hauteur de 80%. Concernant le CPF, il est mobilisable par demande auprès du rectorat afin qu’il transforme les heures allouées en argent. La prise en charge est généralement à hauteur de 50%.  Le dossier à constituer passe en commission. Cette dernière traite à la fois les dossiers des agents de l’enseignement du public et ceux de l’enseignement privé.  Il faut être vigilant sur les dates de renvoi des dossiers. Dans certaines académies la commission est annuelle alors que d’en d’autres elle est mensuelle.

Concernant l’évolution professionnelle proposée par certains FORMIRIS, le dossier passe en commission. Si le projet professionnel est construit, la commission le valide. Un plafond maximal est alors alloué.

De là, découle le début de la reconversion.

 

Vous souhaitez avoir davantage de renseignements ? prenez contact avec l’équipe dédiée aux enseignants du privé ; une seule adresse : prive@snalc.fr

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email