Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Climat scolaire
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Situation sanitaire
Souffrance et risques psycho-sociaux
Enseignement privé : nos articles
Privé : contes et légendes
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Examens, évaluation
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - quotidien
Avantages - sorties
Avantages - vacances
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Laïcité et valeurs de la République
Réforme du lycée
Rémunérations
Grenelle et agenda social
Les métiers
AED
AESH
AESH : Contrat
AESH : Droits et devoirs
AESH : Infos en bref
AESH : Le SNALC s’adresse au ministre
AESH : Métier et carrière
AESH : PIAL et inclusion
AESH : Positions et revendications
AESH : Protection des personnels
AESH : Rémunération et retraite
Contractuels enseignants, CPE, Psy-EN
Contractuels : Contrats
Contractuels : Droits et devoirs
Contractuels : Infos en bref
Contractuels : le SNALC s'adresse au ministre
Contractuels : Métier et concours
Contractuels : Positions et revendications
Contractuels : Protection des personnels
Contractuels : Rémunération et retraite
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, Bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Trop d’heures et ils ne sont pas meilleurs

© istock_skynesher-672317336

Le SNALC s’interroge : si le nombre d’heures pour les élèves de primaire est un des plus hauts d’Europe, alors pourquoi nos élèves ne sont-ils pas parmi les meilleurs ? Aurions-nous confondu quantité et qualité ?

Moins d’heures ailleurs

Une évidence s’impose : on travaille moins ailleurs. Ou du moins, les élèves de primaire passent moins d’heures sur les bancs de l’école. Si les enseignants assurent 900 heures en France en primaire, nos voisins européens ne sont en moyenne qu’à 740 heures annuelles. Seuls les Pays-Bas font plus que nous avec 940 heures, tous les autres sont en dessous. Cherchez l’erreur : ce surcroît d’heures n’octroie aucun avantage financier puisque les professeurs des écoles français sont parmi les plus mal payés. Avec 691 heures, les professeurs des écoles allemands gagnent le double de leurs homologues français. Faisons alors vibrer les cordes de la vocation : les résultats de nos élèves sont peut-être meilleurs… Tristement pas et les enquêtes internationales ne cessent de nous le rappeler : nos élèves sont moyens. Même pas ça pour se consoler…

L’emploi du temps, vaste fourre-tout

Quand on s’interroge sur l’inverse proportion entre le nombre d’heures et les résultats des élèves, il apparaît qu’une pièce manque au puzzle tant c’est irrationnel. Plusieurs variables se dessinent. Premièrement, un nombre d’élèves par classe parmi les plus élevés, dépassant les 22 quand la moyenne est à 19.

Ensuite, des programmes qui font depuis des années la part belle aux « éducations à » quand d’autres pays se recentrent sur les fondamentaux. La France est à la traîne pour la compréhension de l’écrit qui, rappelons-le, détermine la compréhension des énoncés dans toutes les autres disciplines. Mais rassurez-vous, sécurité routière, natation et macramé : on maîtrise ! L’Éducation nationale a dérivé de ses missions premières et l’ascenseur social permettant aux plus défavorisés d’acquérir des bases solides est un lointain souvenir : on touche à tout et on ne maîtrise rien. 

Pour le SNALC, ne pas reléguer au second rang le lire-écrire-compter serait une marque de respect des adultes de demain que nous tentons de forger.


Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine Universitaire Ecole n°1482 du 3 novembre 2023