Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Traiter les professeurs comme les professionnels qu’ils sont

© monkeybusinessimages-515264628

Un élément important échappe à l’institution dans son ensemble et encore plus aux corps intermédiaires que sont les inspecteurs et les chefs d’établissement : nous sommes, professeurs, des cadres A de la fonction publique qui avons passé un concours sélectif, qui possédons une maîtrise reconnue de notre discipline et qui avons une expertise pédagogique développée sur le terrain.

Cela se traduit au niveau national par des programmes de plus en plus directifs quant à la pédagogie à adopter.

Cela s’est aussi clairement matérialisé par le « bidouillage » des notes qu’a constitué l’harmonisation sauvage lors des épreuves du baccalauréat 2022. Le message était clair : mesdames et messieurs, vous ne savez pas noter et il nous a fallu passer derrière vous.

Mais le manque de considération dont nous sommes victimes est particulièrement prégnant dans l’exercice quotidien de notre métier.

Inutile de s’appesantir sur la relation que nous avons avec certains parents d’élèves. Sans mettre tous les « géniteurs d’apprenants » dans le même sac, force est de constater que la tendance à vouloir apprendre aux enseignants comment faire leur métier est devenue assez lourde.

L’on pourrait évoquer un peu plus la relation à l’élève. La volonté affichée de centrer le système autour de lui a bien fait son chemin. À tel point que l’idée même de la transmission par une personne faisant autorité par ses connaissances disciplinaires est devenue une hérésie. Et nombre de professeurs se voient remis en cause dans leurs choix, dans leur pédagogie, dans les contenus enseignés.

Mais les deux errements ci-dessus ne sont rien face à l’infantilisation dont sont capables certains personnels encadrants.

Encore une fois, il ne s’agit pas de généraliser le propos. Cependant, l’épisode de la mise en place du projet local d’évaluation dans les lycées a montré combien des chefs d’établissement et des IPR pouvaient chercher à mettre une pression sur les professeurs pour parvenir à une pratique pédagogique et évaluative standardisée et contrainte.

Et cet épisode n’était que le dernier avatar d’habitudes qui se sont progressivement installées. Ainsi, il y a plusieurs années, de nombreux collègues nous sollicitaient car un chef d’établissement avait validé le niveau A2 en langue à des élèves de troisième afin qu’ils puissent obtenir le Brevet des collèges alors que leurs résultats ne le permettaient pas. De même, depuis la mise en place du contrôle continu au lycée, le SNALC intervient fréquemment pour accompagner des collègues convoqués dans le bureau du proviseur parce que leurs moyennes sont trop basses.

C’est une lutte quotidienne et de longue haleine. Mais le message doit passer : les professeurs sont des professionnels qui ont prouvé leur maîtrise par le biais d’un concours. Le SNALC continuera de défendre cette vérité et refusera toujours l’idée que n’importe qui peut, après un job-dating d’une demi-heure et une formation de 4 jours, devenir enseignant.

Lire aussi