Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Temps partiel pour raison de santé : quels dispositifs ?

© istock_Kubra-Cavus

Quand on a des soucis de santé durables, mais qu’on peut tout de même travailler en partie, la question d’un temps de travail réduit se pose. Plusieurs solutions peuvent être envisagées.

 

  • Le temps partiel thérapeutique permet de travailler à temps partiel sans pour autant subir de perte de salaire. Pour en bénéficier, il faut adresser à l’administration, par voie hiérarchique, une demande d’autorisation de servir à temps partiel pour raison thérapeutique, accompagnée d’un certificat médical qui mentionne la quotité de temps de travail, la durée et les modalités d’exercice des fonctions à temps partiel pour raison thérapeutique prescrites. La quotité de temps de travail est fixée à 50 %, 60 %, 70 %, 80 % ou 90 % de la durée du service hebdomadaire. Le temps partiel thérapeutique est renouvelable par périodes de trois mois dans la limite d’une année. Les droits pour une nouvelle année sont renouvelés après un délai d’un an après la fin de la première autorisation.
  • L’allègement de service (concerne les enseignants uniquement) permet d’obtenir une réduction jusqu’à 30% de son temps de travail, sans perte de salaire non plus. La demande se fait pour la rentrée suivante, à l’automne en général, à l’aide d’un formulaire académique.
  • Si vous souffrez d’une pathologie relevant d’un congé longue maladie, qui nécessite des soins périodiques (hémodialyse, chimiothérapie, …), vous pouvez être placé en congé longue maladie fractionné, c’est-à-dire que vous travaillez une partie de la semaine et êtes en congé longue maladie une autre pour pouvoir effectuer vos soins. Dans ce cas, la durée des droits à CLM à plein traitement est calculée sur une période de référence de quatre ans.
  • Enfin, si vous avez une RQTH, vous pouvez obtenir un temps partiel de droit, que l’administration ne peut refuser (mais vous êtes dans ce cas payé(e) au prorata). La quotité peut aller de 80 à 50% de votre temps de service.

 


Pour être sûr(e) de faire les démarches adéquates et de faire valoir vos droits, tournez-vous vers votre section académique du SNALC ! Le pôle santé-handicap sera saisi si votre dossier nécessite une expertise particulière.