Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Télétravail : bonne idée ou vrai danger ?

© istock_izusek

Le ministère et les syndicats représentatifs, dont le SNALC, négocient en ce moment même un accord sur la mise en place et le cadrage du télétravail dans notre ministère. Si le SNALC juge que le télétravail est une modalité d’exercice tout à fait intéressante pour certaines catégories de personnels, il a posé dès le départ des limites claires, reprises par l’administration. 

Le télétravail est en effet une modalité de travail très encadrée, et dont il faut savoir qu’elle n’est pas un droit. Pour qu’il y ait télétravail — et la mirifique prime de 2,50 € par jour — il faut qu’il y ait accord entre l’agent et son employeur. Dit d’une autre manière : ce n’est pas parce qu’une mission est télétravaillable qu’elle sera forcément télétravaillée, quand bien même vous le souhaiteriez. 

C’est pourquoi le SNALC a tenu à ce que les personnels enseignants du premier et du second degrés soient exclus de ces négociations. Pour des personnels dont le temps de travail est calculé à partir d’un service d’enseignement hebdomadaire, le danger était grand : nous risquions purement et simplement de nous voir imposer d’effectuer certaines de nos missions (préparation de cours, bulletins, etc.) au sein de l’école ou de l’établissement, en cas de refus de notre supérieur hiérarchique d’accéder à notre demande de télétravail. Notre exigence a été reprise par le ministère, qui n’ouvrira pas la boîte de Pandore du télétravail des enseignants, et encore moins celle des cours en visio en temps normal. Cela n’empêche hélas pas des expérimentations hallucinantes de voir le jour au niveau local (cf. Brigades numériques : l’académie de Nancy-Metz pionnière en matière de télétravail). 

Autant le SNALC participe de façon pertinente et constructive afin que les personnels administratifs, par exemple, puissent avoir accès à un télétravail offrant toutes les garanties et respectant leurs droits, autant il sait défendre l’intérêt de chaque collègue et éviter une transformation de nos métiers qui viendrait, dans les faits, dégrader nos conditions de travail. Nous vous tiendrons au courant de l’avancée des négociations. 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1464 du 15 avril 2022

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email