Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Supprimer le CAPES : plus qu’une erreur, une faute

© iStock-AaronAmat

Durant la campagne qui vient de se terminer, le président-candidat a soufflé le chaud et le froid sur notre profession – ou plutôt le tiède et le glacial – annonçant parfois une revalorisation inconditionnelle, insistant ici et là sur l’engagement qui avait été le nôtre lors des heures difficiles du COVID pour revenir ensuite sur ces deux propos pour montrer que certains n’avaient quand même pas ramé lourd et que pour gagner plus, il allait falloir faire des efforts.

En plus de cette revalorisation devenue très conditionnelle, le président de la République semble vouloir ouvrir la porte au recrutement par les chefs d’établissements. En soi, cela a de quoi inquiéter toute personne souhaitant une éducation réellement nationale, une instruction de même qualité partout dans le pays. Mais l’idée d’un tel recrutement vient en fait, en droite ligne, d’une volonté encore plus problématique : mettre fin au CAPES.

Bien sûr, l’on entendra de beaux esprits nous dire que le concours ne fait pas le professeur. Et, intrinsèquement, cette affirmation n’est pas complètement stupide. Les personnels contractuels sont investis et ils font un travail remarquable lorsqu’ils sont correctement recrutés et formés. Malheureusement, on le sait, lorsque des pénuries importantes existent dans certains territoires, l’institution n’hésite pas à recruter des personnes qui n’ont ni les compétences ni la qualification nécessaires et les mets en difficultés tout en n’offrant pas aux élèves l’enseignement auquel ils ont droit.

Sans taper sur les professeurs contractuels et sans convoquer des dysfonctionnements qui ne sont pas la règle, la disparition du concours poserait deux problèmes majeurs.

En premier lieu, s’il existe de très bons enseignants ne possédant pas le concours, ce dernier est tout de même un gage de qualité. Au moins l’était-il avant que pour l’abattre on ne lui inocule la rage en le réformant pour le vider de son excellence disciplinaire et en l’adossant à un Master très critiquable.

En second lieu, et c’est un point essentiel, le concours permet de recruter des personnels titulaires qui peuvent s’installer dans leur métier, dans leur poste de manière durable. Ceci, dans une profession intellectuelle comme la nôtre, est une garantie de qualité. En effet, le professeur doit pouvoir être un penseur de sa discipline, un chercheur de sa propre pédagogie. Il doit avoir le temps d’échanger, voire de coopérer avec ses pairs pour progresser encore.

Plus clairement, si notre président souhaite réellement précariser – voire uberiser – notre profession, ce sera à nous, professeurs, de lui dire clairement et avec force : « ça ne va pas le faire ».