Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Relooking du statut des contractuels de l’État

© istock_Claudiad

Selon la DGAFP, ce texte, composée d’une trentaine d’articles, répond à trois objectifs :

 

  • actualiser le décret de 1986, afin de prendre en compte les évolutions législatives et réglementaires survenues depuis 2014 (date de la dernière réforme majeure du décret), et en particulier celle de la loi de la transformation de la Fonction publique de 2019 ;
  • « assurer la lisibilité» de l’ensemble des dispositions applicables aux agents contractuels en condensant dans un unique décret, des dispositions figurant actuellement dans de multiples décrets ;
  • harmoniser la terminologie utilisée au sein des dispositions du texte de 1986 pour «assurer une cohérence de l’ensemble du décret ».

 

Ce projet prévoit principalement de nouvelles compétences pour les commissions consultatives (CCP), alignées sur les commissions administratives paritaires (CAP), de nouvelles dispositions relatives à la rémunération des agents contractuels, la création de l’exclusion temporaire de fonction pour une durée de trois jours sans passage en conseil de discipline.

 

Il prévoit également une meilleure protection des agents contre les discriminations. Aucune mesure discriminatoire, directe ou indirecte, concernant le recrutement, l’affectation, la détermination ou la réévaluation de la rémunération, la promotion, la formation, l’évaluation, la discipline, la mobilité, la portabilité du contrat, le reclassement, le licenciement et le non renouvellement du contrat ne pourra être prise à l’égard d’un agent contractuel de droit public.

 

Il prévoit aussi de nouvelles mesures concernant le congé parental (modulation de la durée, prise en compte pour le calcul de l’ancienneté…), ou encore le recours à la visioconférence pour l’organisation des entretiens de recrutement.

 

De nombreuses autres mesures sont également prévues, nous aurons l’occasion d’y revenir dans nos prochaines lettres d’information.

 

Pour le gouvernement, ce décret vise « à la fois une amélioration significative des droits des agents contractuels par un plus grand alignement sur ceux des fonctionnaires mais aussi une meilleure lisibilité et transparence du droit qui leur est applicable ».

 

Pour autant, malgré certaines avancées, le SNALC n’est pas franchement enthousiasmé par ce projet, car on peut raisonnablement penser que ce nouveau cadre de gestion ne viendra pas mettre un terme à la précarité des agents contractuels.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email