Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Quelle reprise normale de l’EPS ?

© iStock_pixhook

Communiqué de presse publié le 19 mars 2021
Laurent BONNIN, secrétaire national du SNALC chargé de l’EPS, eps@snalc.fr

Le Premier ministre a annoncé dans sa conférence de presse du 18 mars que « pour tenir compte des besoins des élèves nous assouplissons les conditions dans lesquelles l’activité sportive des mineurs pourra être pratiquée. L’EPS sur le temps scolaire pourra reprendre normalement ».

Pour le SNALC, cette nouvelle décision est très déstabilisante. Alors que l’épidémie s’accélère dans 16 départements, que des variants se propagent considérablement, que le système hospitalier entre en saturation, le gouvernement semble aller à contre-courant en autorisant la levée des mesures fortes imposées à la discipline depuis le 18 janvier.

Pour le SNALC, les enseignants d’EPS s’adaptent depuis un an à des repères, des pratiques et des protocoles différents et incessants. Une reprise normale des enseignements à partir du 22 mars est un énorme soulagement mais elle suscite d’importantes interrogations. Les professeurs se demandent si cette annonce concerne tous les départements. Si une reprise normale signifie l’arrêt de la désinfection du matériel, le retour aux activités physiques de contact, aux sports collectifs, de combat, et la fin de la distanciation physique. Ou si elle indique essentiellement l’accès à nouveau possible aux gymnases, aux salles, aux vestiaires et aux piscines.

Pour couper court aux diverses interprétations, le SNALC précise, suivant les propos du ministre de l’Éducation tenus dès le lendemain sur une chaîne d’information, que cette nouvelle mesure ne correspond pas à une reprise normale de l’EPS, mais à un simple retour au protocole, aux pratiques et aux installations couvertes d’avant sa mise à la rue.