Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Quand l’écologie s’invite à l’école…

© Pete Linforth de Pixabay

L’écologie est une chose sérieuse. Tout le monde doit prendre conscience que les ressources ne sont pas inépuisables. L’école, lieu de formation des citoyens éclairés, doit participer à cette prise de conscience.

Mais gardons à l’esprit que l’école ne doit pas être la courroie de transmission de l’écologie politique, dogmatique, moralisatrice et délirante. En aucun cas l’école doit faire de nos élèves des militants fanatisés jusqu’à l’os.

Faut-il le rappeler ? L’école est le lieu de la transmission des savoirs. On va à l’école pour maîtriser le théorème de Thalès, pas pour faire culpabiliser les élèves des problèmes de la planète.

On va à l’école pour maîtriser l’histoire et la géographie, pas pour bâtir des éco-projets permettant de décrocher un éco-label.

On va à l’école pour s’immerger dans la profondeur de la pensée de Kant ou de Hegel, pas pour proférer des truismes tels que « le plastique pollue », « on n’allume pas la lumière s’il fait jour », « on ne prend pas de pain si on n’est pas sûr d’en vouloir. »

Laissons à l’école le soin d’œuvrer à son travail de transmission. Cela permettra d’éclairer les consciences. Ces dernières verront alors tous les paradoxes des discours pseudo-scientifico-éco-responsables :

  • Comment comprendre que des établissements limitent le nombre de photocopies (méchant papier polluant qui détruit les forêts) alors que dans le même temps on n’a jamais consommé autant d’électricité pour alimenter les tablettes numériques et les ordinateurs devenus indispensables ?
  • Pourquoi encourager les élèves à venir en bus ou en trottinette pour réduire les émissions de CO2 alors que chaque établissement se gargarise de voyages scolaires toujours plus loin, toujours plus chers ?
  • Pourquoi organiser des temps de prévention sur les dangers des écrans sur la santé alors que le « professeur du XXI° siècle » est celui qui doit créer des classroom et balancer des capsules sur Youtube, augmentant de ce fait le temps devant un écran ?
  • Pourquoi jeter aux orties le bon vieux manuel au profit de gadgets/smartphones remplis de plastique, de cuivre, de lithium, de métaux précieux ? Ah oui, on nous répondra que les manuels sont vite obsolètes. Remarquons que, si on ne changeait pas de programmes scolaires à chaque changement de gouvernement, on aurait plus de temps pour exploiter les manuels.

 

Laissons donc les ayatollahs de cette nouvelle religion parler dans leurs champs d’éoliennes, et protégeons nos élèves pour qu’ils soient tranquilles dans des salles de classes loin du bruit et de la fureur du monde.