Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Professeurs : mettre fin au mauvais traitement salarial

© istock_Andrey-Zhuravlev

Pour bien saisir dans quelle mesure notre profession est maltraitée du point de vue salarial, il suffit de prendre en compte trois données :

  • Le salaire en lui-même
  • L’inflation
  • Le SMIC

Le salaire minimum, en France, a connu une augmentation d’environ 100% depuis 1994. Le SMIC horaire était alors de 5.42 €, soit 822.03 € pour un temps complet. En 2022, il s’élève à 10.85 € soit 1645.58 €.

Dans le même temps, l’inflation a été de près de 50% et le salaire des professeurs a progressé mécaniquement – seulement mécaniquement – d’environ 20%.

Un double constat s’impose.

Le salaire des enseignants s’est tassé par rapport au salaire moyen, donnant lieu à une perte d’attractivité et de reconnaissance de notre profession. Car, il faut être clair sur ce point, la rémunération n’est pas étrangère au prestige d’un métier.

Non seulement notre point d’indice a été gelé durablement – pour n’augmenter que très légèrement sur le deuxième semestre de 2016 – mais, en euros constants, nos salaires ont diminué.

Ainsi, le traitement mensuel brut réel d’un professeur certifié classe normale, échelon 9 a baissé de 300 €. Il s’agit de la donnée centrale car l’on parle ici de pouvoir d’achat. Quant au traitement mensuel brut réel d’un professeur agrégé classe normale, échelon 9, il a baissé de 600 €. Les professeurs agrégés sont d’ailleurs les plus gros perdants des différentes réformes qui ont impacté les salaires et les carrières.

Fort de tous ces éléments, le SNALC a des revendications fortes à porter lors des concertations que le ministère va prochainement lancer :

– Dégel du point d’indice;

– Indexation sur l’inflation de tous les éléments de la rémunération;

– Création d’une indemnité statutaire constituant 30% du traitement total brut en remplacement de l’ISOE part fixe;

– Réfection des grilles de rémunération avec création d’échelons supplémentaires aux grades de la hors classe et de la classe exceptionnelle pour une progression de carrière continue même après 20 ans d’exercice;

– Avancement de grade : promotion de 20% des candidats éligibles à la hors classe et de 15% des candidats éligibles à la classe exceptionnelle. Pour la classe exceptionnelle, équilibre des viviers (50/50), puis inversion du contingentement de promotions entre les deux viviers : 80% vivier 2, 20% vivier 1;

– Mise en place d’une ISOE variable de 2500€ par an pour tous les enseignants chargés de tâches spécifiques de suivi des élèves, dans le premier et le second degrés;

– Majoration de 25% de toutes les heures supplémentaires par rapport au salaire indiciaire.

Clairement, le SNALC ne se contentera pas d’une revalorisation « socle » car ce mot induit quelque chose d’assez bas. Nous n’accepterons pas, non plus, qu’une partie soit « conditionnelle » car le « travailler plus pour gagner plus » n’est en aucun cas une revalorisation.

Lire aussi