Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Tartuffe sait gérer l’inclusion grâce à la pédagogie

© 809464-pxhere.com

Paul est un élève de CE2 doté de bonnes capacités cognitives mais affecté de troubles du comportement sévères en raison d’un environnement familial défaillant. Depuis la maternelle, il souffre et fait souffrir ses camarades et les adultes en raison de l’importance de ses troubles (insultes, menaces, cris, fugues, coups, mises en danger).

 

Contre toute attente, les parents souhaitent une orientation en ITEP, d’autant plus que Paul est déjà placé en foyer en raison des difficultés familiales. En dépit des informations scolaires, des demandes de la famille, du certificat médical, des avis des différents professionnels, la MDPH a statué que Paul était d’intelligence normale et que sa place était dans le milieu ordinaire. Avec une AESH.

 

La souffrance de Paul s’intensifie, celle subie par ses camarades également. L’institution accepte une diminution du temps scolaire, 1h30 de classe par jour. Mais les troubles empirent. L’équipe de suivi de la scolarisation arrive. L’enseignante, l’AESH, la directrice, les autres élèves sont en souffrance, Paul aussi. Mais la seule réponse de l’Institution sera de proposer de refaire un dossier MDPH et de proposer à l’enseignante la visite d’un conseiller pédagogique pour différencier son enseignement.

 

Scène ordinaire d’une école primaire. Le SNALC l’affirme encore : l’inclusion de tous n’est pas possible. Pour satisfaire des associations de parents et faire des économies, le ministère réduit les places dans l’enseignement spécialisé. Le ministère de la santé fait de même à l’hôpital. Et notre hiérarchie n’a comme seule solution à proposer que la différenciation pédagogique. Ce serait à hurler de rire si cela n’induisait pas tant de souffrances.

 

Pour respecter des engagements démagogiques qui n’ont pour objectif que de masquer des volontés économiques, on affiche une politique vertueuse qui s’apparente de plus en plus à de la non-assistance à personne à danger. A tel point que même le principal syndicat d’inspecteurs du premier degré s’interroge sur les limites de l’inclusion et lance une enquête auprès de ses adhérents.

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1459 du 13 décembre 2021

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email