Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Prérentrée : un jour ou deux ?

Calendrier
© pxhere-1200808

Le SNALC reste vigilant aux déclinaisons que certains IEN apportent à la « seconde journée de prérentrée » pour ne pas voir se multiplier les élucubrations fiévreuses autour de ce dispositif plus ou moins cadré selon les académies.

Plus de latitude, bon sang !

La formulation « deuxième journée de pré-rentrée » est impropre. En effet, il est prévu par l’arrêté du 15 décembre 2020 fixant l’année scolaire : « Pour les enseignants, deux demi-journées (ou un horaire équivalent), prises en dehors des heures de cours, pourront être dégagées, durant l’année scolaire, afin de permettre des temps de réflexion et de formation sur des sujets proposés par les autorités académiques ». Il s’agit donc d’une possibilité laissée aux rectorats. Si le rectorat les utilise, il s’agit donc de deux demi-journées pour des temps de formation choisis par la hiérarchie. Mais ces deux demi-journées ne se rajoutent pas aux obligations réglementaires de service. Elles sont donc à déduire des 108 heures et plus précisément des 18 heures de formation. Elles n’ont pas vocation à préparer la rentrée mais sont prévues pour de la formation.

Besoin d’aide, pas de contrainte

Malheureusement, on sait que la hiérarchie n’hésite pas à faire sa propre interprétation des textes. Le Conseil d’État a confirmé que cette possibilité de formation faisait partie des obligations réglementaires de service et n’était pas illégale. Cependant, il a également confirmé que ces deux demi-journées ne doivent pas s’effectuer en sus des 108h d’ORS. Si dans certains cas les académies imposent d’utiliser cette journée comme deuxième journée de pré-rentrée à contre-usage de ce qui est prévu dans l’arrêté, alors il faut l’utiliser pour préparer sa classe et pas autre chose.

Sommes-nous couverts lors de ces deux demi-journées ?

 Tant qu’à s’acquitter d’une obligation, autant le faire en ayant la certitude d’être couvert en cas d’accident de travail notamment. C’est là que le bât blesse car trop souvent, c’est à l’administration d’apporter le cadre qui fait défaut. Pour la journée de prérentrée officielle, nous sommes couverts. Cependant, les directeurs doivent systématiquement prévenir l’IEN, de même que la municipalité, de leur présence à l’école si les deux demi-journées sont effectuées sur un temps décidé par l’équipe pédagogique. Le SNALC vous conseille de positionner ces deux demi-journées sur le calendrier des 108h et d’en informer votre hiérarchie et la mairie dès la fin juin, dans le but d’être couvert en cas d’accident.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email