Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

PRÉAU : bienvenue dans la cour du pathétique et de l’absurde

« Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît. » Cette célèbre citation de Michel Audiard m’a traversé l’esprit quand j’ai appris la création de Préau. Car oui, il fallait oser. 

 

Pourtant, nous sommes habitués, à l’Éducation nationale, à ce que beaucoup de choses ne se passent pas comme ailleurs (médecine préventive…). Mais il faut avouer qu’avec Préau, on atteint des sommets. D’ailleurs, qu’est-ce que Préau ? C’est une association loi 1901 qui a vocation à proposer, à l’image d’un comité d’entreprise (CE) pour les entreprises privées, «un bouquet de prestations culturelles, sportives, touristiques, de loisirs et des avantages commerciaux» (pour reprendre le communiqué du Ministère). 

Préau c’est donc une association qui se présente comme un CE, sans en être un (on se demande bien pourquoi d’ailleurs le Ministère n’en a pas créé un). 

Or, créer un comité d’entreprise, c’est plutôt une bonne idée. Très bonne même. En terme d’avantages sociaux, cela permet une forme de reconnaissance de l’employeur à l’employé. Transposer cette idée dans l’Éducation nationale, comme cela a été fait pour la rupture conventionnelle, c’est très bien. Mais à l’instar de ce dernier exemple, ce nouveau dispositif est bien parti pour faire un flop. 

En effet, pour bénéficier des offres proposées, il faut d’abord payer une adhésion. Une sorte d’achat à l’aveugle. La somme (10 euros), peut paraître modique mais pour le SNALC, le principe est inadmissible. Ce n’est pas ce que le SNALC peut qualifier d’avancée sociale. Pire, cet ersatz de CE constitue, à notre sens, une insulte aux personnels à qui on a fait miroiter de véritables avantages sociaux pour aboutir à une vaste farce. Préau relève plus du Kinder Surprise que du dispositif promis. L’amertume en plus. Nous méritons mieux, non ? 

Si comme nous au SNALC, vous n’êtes pas convaincu(e), nous vous invitons plutôt à nous rejoindre. Vous découvrirez alors un dispositif similaire mais efficace, créé par le SNALC dès 2014 : Avantages SNALC 

Article paru dans la revue du SNALC, la Quinzaine universitaire n°1460 du 6 janvier 2022

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email