Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Climat scolaire
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Situation sanitaire
Souffrance et risques psycho-sociaux
Enseignement privé : nos articles
Privé : contes et légendes
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Examens, évaluation
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - quotidien
Avantages - sorties
Avantages - vacances
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
« Choc des savoirs »
Dossiers du mois
École inclusive
Laïcité et valeurs de la République
Réforme du lycée
Rémunérations
Grenelle et agenda social
Les métiers
AED
AESH
AESH : Contrat
AESH : Droits et devoirs
AESH : Infos en bref
AESH : Le SNALC s’adresse au ministre
AESH : Métier et carrière
AESH : PIAL et inclusion
AESH : Positions et revendications
AESH : Protection des personnels
AESH : Rémunération et retraite
Contractuels enseignants, CPE, Psy-EN
Contractuels : Contrats
Contractuels : Droits et devoirs
Contractuels : Infos en bref
Contractuels : le SNALC s'adresse au ministre
Contractuels : Métier et concours
Contractuels : Positions et revendications
Contractuels : Protection des personnels
Contractuels : Rémunération et retraite
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, Bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Nos publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Ministère : le poulet sans tête

Mot du président


Jean-Rémi GIRARD

 

Edito de la revue Quinzaine universitaire n°1477 du 12 mai 2023

À voir la politique menée depuis un an à l’Éducation nationale, notre ministère fait l’effet d’un poulet sans tête qui continue de courir dans tous les sens, sans rime ni raison.

Grandes annonces du président de la République qui feraient presque oublier qu’il existe un ministre, réforme du collège absolument délirante, réforme de la réforme de la réforme de la voie professionnelle, bac en mars, nouvelles charges de travail pour des directions d’école épuisées, inclusion scolaire hors de tout contrôle et de toute dimension humaine… rien ne va.

Imaginez un ministre qui aurait déclaré publiquement avoir mis ses enfants dans l’établissement privé le plus huppé qu’on puisse imaginer. Imaginez ensuite ce même ministre partir en croisade contre le manque de mixité sociale entre les établissements publics. À l’Éducation nationale, c’est possible ! On fait le contraire de ce que l’on préconise, et on préconise uniquement des choses dont on sait qu’elles ne changeront rien, voire qu’elles aggraveront l’existant.

De même, voyez-les tous, la main sur le cœur, des trémolos dans la voix, prétendre venir au secours des élèves en situation de handicap. Et admirez-les maltraiter les AESH et les enseignants dans le même temps, et vouloir désormais fusionner les métiers d’AED et d’AESH, car les spécificités professionnelles des uns et des autres n’ont visiblement aucune importance. Ou regardez-les contribuer chaque année à accroître la crise des recrutements tout en assurant que chaque heure de cours perdue sera désormais remplacée. Des élèves manquent 4 mois de français ou 6 mois de mathématiques ? Ils font la chasse aux vilains professeurs qui partent pour une fois en formation afin que l’heure de SVT soit assurée au pied levé par un collègue d’anglais qui traînait par là et qui n’a même pas la classe. Et dans le même temps, on détruit l’année de terminale avec un bac qui occasionne des pertes d’heures de cours et un absentéisme des élèves jamais vus du fait d’un calendrier idiot et anti-pédagogique.

On pourrait multiplier les exemples à l’envi. Mais n’oublions pas que dans ce poulet sans tête, certains réflexes demeurent. Le réflexe budgétaire, pour faire croire qu’on fera mieux avec moins. Mieux de cours avec moins d’enseignants. Mieux d’inclusion avec moins d’AESH et moins de places en instituts spécialisés. Mieux de numérique avec moins d’heures de technologie.

Le SNALC est là pour apporter des neurones en bon état de marche afin que le poulet aille enfin dans la bonne direction. Pour rappeler que le chantage au « travailler plus pour gagner plus » envers un métier paupérisé relève d’une volonté de nuire sciemment à des êtres humains. Pour signaler que même en affichant de belles intentions, on ne peut réformer perpétuellement une voie professionnelle qui a surtout besoin de souffler et de faire le bilan de tous les changements passés pour éradiquer ceux qui ont aggravé les choses. Pour faire preuve d’humanité, car on ne peut avoir ouvert le dossier de la direction d’école suite au suicide d’une collègue surmenée de travail pour aboutir à des charges de travail supplémentaires.

Chaque fois que le ministère délire, le SNALC se bat pour le ramener à la raison, pour montrer la réalité des choses aux médias et aux citoyens, avec de plus en plus d’efficacité et de succès. Que ce soit dans votre travail au quotidien comme dans les grandes orientations nationales, le SNALC indique la bonne direction, et plus nous serons nombreux à la pointer du doigt, plus nous augmenterons nos chances de finir par nous y rendre.

Lire aussi