Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Conditions de travail - Santé
Conditions matérielles et temps de travail
Pôle santé-handicap
Relations et climat au travail
Souffrance et risques psycho-sociaux
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC
Avantages - cadeaux
Avantages - culture, loisirs, sports
Avantages - vacances
Avantages - vie quotidienne
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Mathématiques : résolution du problème ?

© istock_SolStock

Les actions du Ministère nous interrogent : comment peut-on partir d’axiomes valides et arriver à une solution aussi hors-sujet ? 

Àla lecture du rapport sur la place des mathématiques au lycée, les constats dressés sont sans appel. Les élèves français ont décroché, voire dévissé, depuis 1995. La réforme n’a pas vu plus de filles choisir les mathématiques. 

La commission qui a commis ce rapport a entendu les organisations syndicales et les associations de spécialistes. Ces dernières nous ont adressé les comptesrendus des entretiens. Clairement, les professionnels envisagent des solutions simples et qui vont globalement dans le même sens. 

L’idée qui domine est – évidemment – le maintien de trois spécialités en Terminale. Elle peut s’assortir de la création d’une spécialité « mathématiques » pour les parcours non scientifiques. 

Mais non. Pour le Ministère, la réforme est très bonne. Circulez… 

Ses propositions sont donc forcément décevantes.

Il s’agit d’abord de revoir les programmes de seconde qui sont pourtant une bonne entrée dans la spécialité. 

La mesure phare est d’ajouter une heure et demie à l’Enseignement Scientifique pour qu’il devienne ESM. Par un simple M, les mathématiques sont de retour ! En 2022, cela concerne les élèves de première qui n’ont pas choisi la spécialité. Mais en 2023, l’enseignement devrait être étendu à tous les élèves de première. On alourdit les emplois du temps, avec une utilité qui reste à démontrer (doux euphémisme). 

On annonce surtout que cela permettra à plus d’élèves de prendre l’option «mathématiques complémentaires» en terminale. Comme si en 1h30, on pouvait atteindre le même niveau que ceux qui abandonnent la spécialité en fin de première. Car c’est bien le premier public concerné par cette option, ne nous mentons pas. 

Après un aveuglement coupable quant aux effets pervers évidents de sa réforme, le ministère reste sourd aux propositions de bon sens des professionnels. Mais « chut », il pourrait revenir à son mutisme. 

Le SNALC restera force de proposition et travaillera les programmes qui vont être produits par le Conseil Supérieur des Programmes qui sait plutôt dialoguer. Pour le reste, nous ne désarmerons pas. 

Article paru dans la revue du SNALC Quinzaine universitaire n°1464 du 15 avril 2022