Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : carrière
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Mais qu’est devenue la prime de 450 € des directeurs ?

© 778931-pxhere.com

Le 14 octobre 2020, le ministre de l’Éducation nationale annonce la création d’une prime de 450 euros (brut) pour les directeurs d’école afin de « reconnaître leurs attributions et les contraintes particulières qui ont pesé sur eux lors de cette rentrée scolaire. »

Les directeurs en poste ont alors perçu cette reconnaissance en décembre 2020.

Depuis, cette « indemnité de responsabilité » a été pérennisée, lissée sur 12 mois et fondue dans la part fixe de l’ISS (Indemnité de Sujétions Spéciales), cette dernière passant ainsi de 107,97 € à 147,47 € bruts.

Lors du Comité Technique Ministériel du 9 novembre 2021, le ministère a annoncé une revalorisation de cette part fixe de 225 € bruts annuels. L’arrêté du 1er décembre 2021 est venu confirmer cette augmentation : l’ISS fixe passera donc à 1970,62 €/an, soit 164,21 €/mois (brut) à partir du 1er janvier 2022.

La part variable par contre reste inchangée (voir plus bas).

Pour les directeurs exerçant en REP/REP+, les parts fixes – et variables – sont majorées de 20% en REP et 50% en REP+.

Taux de l’ISS part fixe à partir de 2022

  • Hors REP/REP+ = 1970,62 €/an, soit 164,21€/mois
  • REP = 2364,75 €/an, soit 197,06 €/mois
  • REP+ = 2955,93 €/an, soit 246,32 €/mois

Les indemnités de direction comprennent également des Bonifications Indiciaires (BI) et une Nouvelle Bonification Indiciaire (NBI). Comme son nom l’indique, une bonification indiciaire est une hausse du nombre de points d’indice. Le point d’indice est l’élément central de la rémunération de tout fonctionnaire. En 2022, la BI et la NBI des directeurs resteront inchangées.

L’augmentation de la part fixe de l’ISS est la bienvenue mais n’est pas à la hauteur des nombreuses missions qui s’accumulent depuis de nombreuses années. La loi Rilhac et ses nouvelles « missions particulières » auront rapidement absorbé ces 2 € de plus par jour car malheureusement, le temps d’une journée n’augmente pas. Il y a même fort à parier qu’il sera de 24h en 2022…

Reconnaître l’investissement des directeurs dans leur mission est une chose. Accumuler, au fil des ans, encore et encore, des missions, des tâches, des responsabilités… en est une autre. Toutes les primes du monde ne pourront pas effacer l’explosion du temps de travail de direction conjointe à l’explosion du temps de travail des enseignants, dont les directeurs assument, dans la grande majorité des cas, les deux rôles.

C’est pourquoi le SNALC réclame non seulement une hausse significative des indemnités, mais également des décharges de direction qui permettraient enfin de ne plus être perpétuellement dans l’urgence avec un sentiment permanent et pénible de travail restant à faire.

Informations complémentaires

La part variable reste inchangée et dépend du nombre de classes de l’école.

Part variable des directeurs exerçant hors REP/REP+

500€/an = 41,66€/mois pour les écoles de 1 à 3 classes

700€/an = 58,33€/mois pour les écoles de 4 à 9 classes

900€/an = 75€/mois pour les écoles à 9 classes et plus.

 

Part variable des directeurs exerçant en REP

600€/an = 50€/mois pour les écoles de 1 à 3 classes

840€/an = 70€/mois pour les écoles de 4 à 9 classes

1080€/an = 75€/mois pour les écoles à 9 classes et plus.

Part variable des directeurs exerçant en REP+

750€/an = 62,50€/mois pour les écoles de 1 à 3 classes

1050€/an = 87,50€/mois pour les écoles de 4 à 9 classes

1350€/an = 112,50€/mois pour les écoles à 9 classes et plus.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email