Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Lycées pro : hold-up sur les heures d’EPS

© iStock_bagi1998
 

Les établissements sont en pleine réflexion sur les tableaux de répartition des moyens par discipline (TRMD). En lycée professionnel, en raison des effectifs réduits de certaines sections, cette répartition n’est pas claire et conduit à la disparition illégale d’heures d’enseignement en EPS.

En LP, il est courant que des classes, en raison des spécialités professionnelles, comprennent moins de vingt élèves. Alors, en EPS, les sections à faible effectif d’un même niveau sont souvent réunies pour constituer des groupes plus larges qui ont cours en même temps, aux mêmes heures et avec un seul et même enseignant. Le TRMD affiche pour ces sections 1,25h au lieu des 2,5h obligatoires. Cette organisation qui divise par deux les temps d’enseignement permet de récupérer au passage 2h30 sur les horaires d’EPS tout en maintenant une pratique hebdomadaire de 2h30 pour les élèves. Est-ce bien légal ?

En l’absence de texte encadrant ces usages, trois cas de figure se présentent. Certains établissements ne procèdent pas à ces regroupements. Chaque classe, quelque soit ses effectifs, bénéficie des 2h30 hebdomadaires d’EPS, solution la plus juste pour les élèves et la discipline. D’autres utilisent les heures ainsi récupérées, en contre-partie des inconvénients liés aux fusions de classes (élèves différents, stage en décalés, sureffectifs, sécurité…), pour proposer des activités complémentaires en EPS ou des aménagements pédagogiques particuliers. Enfin dans les derniers cas ces heures préalablement calculées et discrètement récupérées n’apparaissent pas dans les DGH ou les TRMD.

Cette dernière situation est inadmissible. Elle conduit à une perte sèche d’heures poste, à des situations d’inégalités devant l’instruction et à une dégradation des conditions d’enseignement. La DGH et le TRMD doivent respecter les horaires officiels d’EPS pour chaque classe indépendamment de leurs effectifs. Toute situation contraire doit être dénoncée et refusée. Le SNALC conseillera et soutiendra toutes les équipes victimes de ces hold-up. Il réclame la publication urgente d’une circulaire de cadrage.

 

Publié dans la LE EPS 32 – mars 2021

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email