Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : carrière
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Les directeurs passent trop de temps devant les écrans

© 714530-pxhere.com

Nés avec internet, les emails sont devenus tellement omniprésents dans notre quotidien, et a fortiori dans notre travail, qu’on peine à imaginer celui d’un directeur il y a une vingtaine d’année sans ce moyen de communication : informer, s’informer, laisser une trace « écrite », pour les parents, les partenaires, la hiérarchie, les syndicats… La messagerie électronique a révolutionné les pratiques et la diffusion d’informations.

Le directeur reçoit quotidiennement des mails de l’inspection, allant des notes de services aux semaines à thème en passant par les ordres de missions. Ces multiples informations sont souvent doublées par la DSDEN ou le rectorat, voire le ministère lui-même : depuis quelques années, la lettre du ministre est envoyée à l’ensemble des enseignants. Les « messages reçus » s’accumulent, participant à la surcharge de travail. Un email, c’est peu … mais cinquante, soixante par jour… cela demande du temps (de la décharge) et des moyens humains (une aide administrative).

Mais cela ne s’arrête pas à l’école. On indique également par des « tutos » comment mettre son adresse mail professionnelle sur le téléphone portable ou sur un autre ordinateur (celui du domicile par exemple…), en insistant bien sur le fait que chacun est libre de consulter s’il le souhaite. Tout le monde a le droit à la déconnexion…

Même raisonnement pour les applications. Une seule est censée faire gagner du temps pour tout le monde, mais devant la multiplication de ces dernières, le gain n’est plus si évident.  Cela a commencé avec BASE-ELEVES devenu ONDE. Puis, cela a continué avec entre-autres, ARENA, MAGISTERE, LSU, ENT, GAIA, COLIBRIS… Chaque département rajoute également ses applications qui lui sont propres : pour les incivilités, pour les absences, les sorties scolaires etc… A chaque fois, le directeur est obligé de se connecter pour consulter, remplir, télécharger, imprimer, scanner, envoyer, renvoyer. Il ne doit surtout pas égarer sa clé OTP ! Sésame ultime qui permet d’ouvrir toutes les portes de ces applications.

Plus récemment sont apparus les logiciels d’élaboration des bulletins. Ils sont certes d’une grande aide pour les enseignants, mais il incombe encore très souvent aux directeurs de mettre à jour la base de données relative à leur utilisation et de donner les autorisations nécessaires. Encore une tâche qui n’apparaît dans aucune mission officielle, dans aucun texte.

Car toute cette informatisation n’est mentionnée nulle part ! Les pratiques ont évolué mais pas les circulaires. Par exemple, il faut tenir à jour le registre matricule « papier » et le conserver 10 ans, bien que ONDE conserve les traces des écoles fréquentées par chaque élève. Le directeur effectue de ce fait très souvent un double travail : un premier informatisé, qu’il va imprimer pour conserver une version « papier » dans ses archives afin de respecter la circulaire.

Et chaque application se rajoute à la précédente, augmentant encore continuellement la dépendance et l’activité informatique : déclarer une manifestation, faire remonter une atteinte à la citoyenneté, recenser le nombre d’enfants ne parlant pas français présents sur l’école… cela prend juste « un peu de temps », dix, quinze minutes par jour … un peu comme chaque email en somme.

Enfin, à cette multitude d’informations, de logiciels, de tâches s’ajoute une dernière épreuve morale : l’auto-formation car pour chaque nouveauté, le directeur est censé en connaître naturellement le fonctionnement. Et, quand il a l’audace de demander de l’aide à son IEN ou son ERUN, il n’est pas rare qu’on lui envoie le mode d’emploi pour consultation… par mail… à lire sur un écran…

L’informatique est un formidable outil. Mais comme chaque outil, son utilisation doit être maîtrisée en qualité, en quantité. Il est urgent que l’Éducation nationale prenne la véritable mesure du poids qu’a pris l’informatique dans le quotidien des directeurs. C’est pourquoi le SNALC réclame une véritable réévaluation des décharges de direction ainsi qu’une aide administrative pérenne.  Les directeurs doivent être véritablement formés et, tout comme leur ordinateur, ils doivent avoir des « mises à jour » concernant les évolutions technologiques.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email