Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
L'enseignement privé
Le premier degré
Brèves
Carrière des PE
Classe
Droits et devoirs
Education prioritaire
Fonctions dans l'école
Inclusion
Infos pratiques
Lettres électroniques école
Mobilité
Pédagogie
Positions et revendications
Rémunérations, retraites
Risques, sécurité, souffrance
Le second degré
Collège
Education prioritaire
Lycée général et technologique
Lycée professionnel
Programmes & disciplines
Vie scolaire
Le SNALC
Action syndicale
Avantages-SNALC : les offres V2
Elections professionnelles
L’édito du président
Le SNALC dans les médias
Qui sommes-nous ?
Vidéo-SNALC
Le supérieur
Les Actualités
Les conditions de travail
Organisation du travail
Santé et risques psycho-sociaux
Les dossiers
Grenelle et agenda social
La laïcité
Réforme du lycée
Rémunérations
Situation sanitaire
Les métiers
AED
AESH
Contractuels enseignants
CPE
Enseignants d’EPS
EPS : 1er degré
EPS : examens
EPS : formation - STAPS
EPS : pédagogie et enseignement
EPS : programmes
EPS : protection et revendications
EPS : situation sanitaire
EPS : UNSS
Enseignants du supérieur
Personnels administratifs
Personnels BIATSS
Personnels d’encadrement
Personnels de santé
Personnels ITRF, bibliothécaires
Personnels sociaux
Professeurs agrégés, certifiés, PLP
Professeurs des écoles
Psy-EN
Les parcours - la carrière
Congés, disponibilité, temps partiel
Échelons, corps, grade
Formations, concours, stagiaires
Mutations, détachement
Retraite
Les publications
Autres publications
La revue Quinzaine universitaire
Les éditions du SNALC
Les fiches info-SNALC
Les guides
Les lettres électroniques

Les dérives d’un recrutement local

© iStock_filadendron

Dans ses projets de réforme de l’Éducation nationale, JM. Blanquer envisage de transformer partiellement le système de mutation des professeurs. Pour répondre à des spécificités ou à des besoins particuliers, jusqu’à 10 % des enseignants seraient recrutés directement par les établissements.

Le SNALC émet d’emblée des réserves importantes face à cette perspective.

Nous admettons parfaitement qu’une telle mesure pourrait permettre une adaptation plus fine de profils particuliers à des demandes locales, contrairement au mouvement national actuel qui procède en aveugle et de manière essentiellement arithmétique aux affectations des professeurs, conservant de ce fait un caractère aléatoire.
Mais il y a plusieurs revers à la médaille.

Tout d’abord c’est une véritable brèche qui serait ouverte dans le mouvement national. Aujourd’hui elle concernerait jusqu’à 10 % des professeurs, mais demain combien : 30, 60 % … ? Compte tenu de la politique d’autonomisation des établissements et de régionalisation galopante de l’éducation, il y a tout lieu d’être inquiet. Le mouvement national doit être préservé car il est une garantie d’équité et d’une répartition éducative homogène entre les territoires. Des recrutements locaux ou régionaux instaureraient de grands déséquilibres, voire des zones de pénuries éducatives comme aujourd’hui ils existent des déserts médicaux.

En second lieu, ce type de recrutement va engendrer des courses aux profils qui seront plus motivées par l’obtention de tel établissement ou de telle région que par le désir d’une mise à disposition de compétences particulières dont l’acquisition deviendrait stratégique et artificielle.

Par ailleurs, il y a fort à craindre qu’une telle ouverture engendre de nouveaux passe-droits. Quel principal ou proviseur résistera à l’affectation d’un membre de sa famille dans son établissement qui lui éviterait une mutation en zone sensible et un déracinement. Quel chef d’établissement, quel recteur résistera au copinage ou à la pression d’une personne influente qui ferait cette demande pour un tiers ? Combien de postes faussement profilés pourraient se voir créer pour répondre aux compétences d’un ami ou d’un proche ? Les dérives nous nombreuses !
Enfin, s’il existe des besoins locaux particuliers, pourquoi ne pas simplement envisager des formations adaptées qui permettraient aux professeurs en poste d’y répondre ?

En conclusion il nous semble qu’il s’agit d’une fausse bonne idée qui, derrière la recherche de souplesse, d\’efficacité et de modernisation bienveillante, pourrait dissimuler le point de départ d’une politique de management ultra-libérale et inégalitaire de « l’école de la confiance ».

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi